Compaq revoit ses prévisions à la hausse

 |  | 445 mots
Lecture 2 min.
Une fois n'est pas coutume, l'industrie informatique apporte une bonne nouvelle en ce début d'année. Le numéro deux sur le marché du PC, Compaq, dont le projet de fusion avec HP semble devenir de plus en plus hypothétique, a annoncé aujourd'hui qu'il ne serait pas en perte au quatrième trimestre 2001, et celà grâce à des revenus supérieurs aux attentes. Le groupe prévoit d'être dans le vert sur la période octobre-décembre, alors qu'à l'instar des analystes, il tablait sur une perte de 3 cents par action. Le chiffre d'affaires devrait ressortir à 8 milliards de dollars, un chiffre supérieur à la fourchette précédente comprise entre 7,6 et 7,8 milliards de dollars. Du côté de Wall Street, on attendait un revenu de 7,63 milliards de dollars. "Ces résultats reflètent une solide gestion et une solide dynamique de Compaq sur le marché", a déclaré le patron du groupe, Michael Capellas, dans un commniqué. Les résultats définitifs doivent être publiés le 16 janvier prochain. La nouvelle a en tout cas rassuré les investisseurs. L'action Compaq a démarré la séance sur un gain de 6,23% qu'elle a réduit par la suite. Au moment de la clôture à Paris, le titre ne progresse plus que de 0,79% à 11,48 dollars.C'est le premier signe d'optimisme donné par le groupe depuis longtemps. En effet, au troisième trimestre, la baisse continue du marché, accentuée par les attentats de New York, avait aggravé la situation du constructeur. Il avait alors publié une perte d'exploitation de 120 millions de dollars, soit 7 cents par action, pour un chiffre d'affaires de 7,5 milliards de dollars, en baisse d'un tiers par rapport à la même période de l'année passée. La perte nette du groupe s'est élevée à 499 millions de dollars.Par ailleurs, la fusion avec Hewlett-Packard annoncée début septembre devient de plus en plus hypothétique. Le fils d'un des fondateurs de cette dernière compagnie, Walter Hewlett, a mis le feu au poudre en déclarant son intention de voter contre le projet. Il a été successivement rejoint par les autres membres du clan Hewlett, puis par la fondation Packard, composée des actionnaires de la famille co-fondatrice du groupe. A eux tous, ces actionnaires possèdent 18% du capital. Tandis que Carly Fiorina, à la tête de HP, et Michael Capellas, patron de Compaq, s'échinaient, par communiqués financiers interposés, à convaincre les autres actionnaires d'apporter leur soutien au projet, Walter Hewlett a dernièrement menacé dans un document publié par le gendarme des marchés américains, la SEC, de déposer une motion contre la fusion.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :