Matsushita Electric renoue avec les profits

 |  | 406 mots
Lecture 2 min.
Le redressement des comptes se confirme pour les grands noms japonais de l'électronique, même si la partie n'est pas encore gagnée. Après Toshiba et Hitachi mardi, Matsushita Electric, le numéro deux mondial de l'électronique grand public, a annoncé que ses comptes étaient revenus dans le vert au premier trimestre de son exercice 2002-2003 (avril-juin) et a revu à la hausse ses prévisions semestrielles. Sur les trois premiers mois de l'année fiscale, le résultat net du groupe a atteint 4,34 milliards de yens (37 millions d'euros), contre une perte de 19,37 milliards sur la même période l'an dernier. Quant au résultat d'exploitation, il atteint 14,56 milliards de yens (124,2 millions d'euros), contre une perte de 38,69 milliards l'an dernier.La profonde restructuration engagée l'an dernier a donc porté ses fruits, sur fond de progression des ventes : le chiffre d'affaires du trimestre a augmenté de 5,4% à 1.760 milliards de yens (15,02 milliards d'euros). La Coupe du monde de football, co-organisée de surcroît par le Japon, a sans doute donné un coup de fouet aux ventes de téléviseurs, classiques ou à écran plat, voire à celles des graveurs de DVD et de caméscopes numériques. Panasonic, la marque phare de Matsushita sur ces segments, a d'ailleurs accru ses parts de marché au Japon. Détrôné l'an dernier par Sony pour le titre de premier vendeur mondial de produits électroniques grand public, Matsushita reste optimiste pour les prochains mois : le résultat net du premier semestre devrait atteindre 17 milliards de yens, au lieu des deux petits milliards prévus jusqu'à présent ; et les ventes pourraient s'élever à 3.570 milliards de yens (30,46 milliards d'euros) au lieu des 3.460 initialement attendus.Reste que Matsushita n'est pas à l'abri de nouvelles déconvenues : la hausse du yen pourrait pénaliser ses produits à l'exportation, même si le groupe a retenu des hypothèses conservatrices pour élaborer ses prévisions, tablant sur un dollar à 130 yens au premier semestre et à 120 yens au second (il vaut actuellement 119 yens). Et la fragilité de la consommation américaine pourrait finir par l'affecter. Par ailleurs, l'activité de combinés mobiles, même si elle a fortement réduit les stocks accumulés l'an dernier, continue de préoccuper les observateurs. La filiale spécialisée du groupe, Matsushita Communication Industrial, a revu à la baisse ses prévisions semestrielles, en raison de la guerre des prix et de la hausse des coûts de marketing.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :