Ericsson dégradé par Moody's

 |  | 403 mots
Lecture 2 min.
La série de mauvaises nouvelles continue pour Ericsson. Vendredi c'est au tour de l'agence de notation Moody's de venir jeter de l'huile sur le feu, en abaissant d'un cran la note de la dette à long terme. Elle passe de Ba1 à Baa3, tandis que la note de la dette à court terme est ramenée à Not-Prime contre Prime-3. Après Alcatel, c'est au tour d'Ericsson d'entrer dans la catégorie des "junk bonds", autrement dit des "obligations pourries". Les autres notes d'Ericsson restent sous surveillance en vue d'un abaissement supplémentaire jusqu'au déroulement de l'augmentation de capital prévue par le groupe. A la bourse de Stockholm, le titre, qui a perdu jusqu'à 22% en séance, termine en repli de 13,61% à 8,30 couronnes. Il a été divisé par deux en une semaine. Dans sa note, Moody's se justifie en pointant du doigt les révisions à la baisse des investissements des opérateurs dans les réseaux de téléphonie mobile, pénalisant ainsi les équipementiers. C'est d'ailleurs ce qui a conduit Ericsson a revoir à la baisse ses perspectives. L'équipementier anticipe un repli de 15% des revenus des équipements pour réseaux mobiles, soit 5 points de plus que sa précédente anticipation. Ses concurrents Nortel et Nokia publiaient quelques jours avant des perspectives tout aussi mauvaises dans le secteur pour les prochains mois. Au deuxième trimestre, le carnet de commande d'Ericsson était en baisse de 17%.En même temps que des perspectives catastrophiques, Ericsson avait également confirmé son projet d'augmentation de capital de 30 milliards de couronnes. L'opération, qui doit se dérouler entre le 15 août et le 3 septembre, bradera le capital de l'équipementier. Alors que le titre la semaine dernière valait encore plus de 14 couronnes, Ericsson annonçait que les nouveaux titres seraient mis sur le marché à 3,80 couronnes, soit une décote de plus de 70%. La nouvelle a favorisé la baisse du cours cette semaine.Vendredi, les investisseurs viennent jeter de nouveaux doutes sur l'opération. L'équipementier a confirmé les informations de presse selon lesquelles les banques pourraient retirer leurs garanties pour l'émission si les agences de notation baissaient de trois crans supplémentaires la note de sa dette, à B1 pour Moody's et à BB- pour S&P. Cette semaine, S&P a ramené sa note à BBB-, contre BBB. Pour le moment, Ericsson botte en touche en affirmant que trois nouvelles dégradations sont peu probables.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :