Un ancien de USA Interactive devrait diriger AOL

 |  | 438 mots
Lecture 2 min.
L'annonce officielle devrait intervenir dans la journée : moins de trois semaines après la démission de Robert Pittman, AOL Time Warner a trouvé un nouveau patron pour sa division Internet. Le géant des médias devrait nommer à la tête d'America Online Jonathan Miller, 45 ans, un ancien dirigeant du groupe USA Interactive de Barry Diller. Révélée par le Wall Street Journal, l'information a été confirmée à Reuters par une source proche du dossier. Jonathan Miller, qui a notamment dirigé, au fil de sa carrière, les partenariats télévisés de la National Basketball Association (NBA) et les chaînes thématiques Nickelodeon (jeunesse) et Home Shopping Network (téléachat) sera le premier dirigeant d'AOL venu de l'extérieur. Robert Pittman, notamment, était un vétéran du premier fournisseur d'accès mondial, qu'il dirigeait déjà avant la fusion avec Time Warner. La nomination d'un homme venu de l'extérieur, option apparemment retenue dès le départ par Steve Case et Richard Parsons, les deux hommes forts du groupe, vise sans doute à donner des gages de leur volonté de changement, aux investisseurs aussi bien qu'aux autorités boursières et judiciaires. Car l'un des dossiers ultra-prioritaires de Johnathan Miller sera celui des enquêtes ouvertes sur les pratiques comptables d'AOL, et notamment la manière dont il incorporait le chiffre d'affaires réalisé sur Internet par certains de ses partenaires commerciaux, comme PurchasePro.S'il se confirme que le groupe a manipulé ses comptes pour gonfler son chiffre d'affaires, cela ne rendra que plus criant encore l'autre priorité actuelle : la chute des rentrées publicitaires. D'autant que, faute de constater la réalité de la "convergence" entre les médias, tant vantée lors de la fusion, Richard Parsons met l'accent sur les performances de chacune des divisions. America Online, comme les autres branches du groupe, devra donc sans doute revoir ses objectifs et ses moyens. Autre chantier de taille pour le nouvel homme fort d'AOL : la migration du portefeuille de clientèle - 35 millions d'abonnés dans le monde - vers l'accès à haut débit, plus lucratif. Nul doute que dans cette optique, son expérience dans la télévision câblée lui sera fort utile.En Bourse, la perspective de l'arrivée de Jonathan Miller, qui semblait plaire aux investisseurs en début de séance mardi, n'a pas suffi à empêcher une nouvelle baisse du titre par la suite. A la mi-journée, l'action AOL cédait ainsi 1,31% à 9,82 dollars. Le titre a été divisé par trois depuis le début de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :