IBM va passer une charge de 2 à 2,5 milliards de dollars

/>Le géant de l'informatique américain IBM a chiffré mardi soir le plan de réduction des coûts entamé depuis maintenant quelques semaines. Le groupe dirigé par Sam Palmisano inscrira au total une charge comprise entre 2 et 2,5 milliards de dollars, dont la plus grande partie pèsera sur les comptes du deuxième trimestre. Cette charge doit couvrir le coût des restructurations, des dépréciations d'actifs et la vente de son activité disques durs (voir ci-contre). Elle couvrira entre autre les 1.500 suppressions de postes qui vont affecter la division micro-électronique et qu'IBM a également annoncées mardi soir. Cette décision a plutôt étonné Tom Bittman, le directeur de la recherche du cabinet Gartner, qui s'attendait à ce qu'IBM cède purement et simplement cette activité. En tout cas, cette annonce porterait à plus de 5.000, et selon le Wall Street Journal qui cite des sources syndicales à 6.800, le nombre des suppressions de postes effectuées ces deux dernières semaines.Si la communication du groupe est plutôt avare en informations quant aux réductions d'effectifs, les organisations de salariés ont signalé fin mai que la division IBM Global Services était en train de supprimer quelque 2.000 emplois. La semaine précédente, elles avaient averti que 1.800 lettres de licenciements avaient été envoyées à des salariés oeuvrant dans les branches gros systèmes, logiciels et services financiers du groupe. Et la restructuration n'est pas terminée. Le groupe, qui n'a pas commenté l'information, pourrait supprimer au total entre 7.950 et 9.540 postes, selon les sources de Reuters, sur ses 318.000 salariés. Au second trimestre, les effectifs du groupe seraient donc réduits de 3%.Sur cette période, le groupe a évité de faire des commentaires sur ses prévisions. Les analystes tablaient jusque là sur un bénéfice de 87 cents par action. Mais pour Goldman Sachs, cette charge pourrait compromettre les prévisions du groupe au deuxième trimestre, en pesant de 5 à 10 cents sur les actuelles estimations. Sur l'ensemble de l'exercice, Goldman Sachs pense qu'IBM devrait quand même atteindre les objectifs du consensus Thomson Financial/First Call, le groupe informatique compensant au second semestre cette charge par les réductions des coûts engendrées par la restructuration. Les analystes attendent pour l'instant un bénéfice annuel compris entre 4 et 4,05 dollars par titre.En tout cas, les restructurations décidées par IBM font suite au "profit warning" retentissant lancé par IBM au premier trimestre, le premier avertissement émis en 10 ans. De fait, sur la période janvier-mars, le chiffre d'affaires a affiché un recul de plus de 11% à 18,6 milliards de dollars, pour un résultat en baisse de 32% à 68 cents par action. Des contre-performances qui ont accéléré la chute du cours de Bourse, qui a perdu 34% depuis le début de l'année. En fin de matinée mercredi à Wall Street, l'action IBM gagnait 0,72% à 79,88 dollars.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.