JDS Uniphase s'enfonce un peu plus

 |  | 369 mots
Lecture 2 min.
Où s'arrêtera la chute de JDS Uniphase? L'équipementier pour réseaux optiques ne parvient pas à endiguer l'hémorragie de ses ventes qui le conduit à mener plan de licenciement sur plan de licenciement. Il faut dire que le chiffre d'affaires trimestriel est à nouveau en baisse par rapport au trimestre précédent, et ce pour la sixième fois d'affilée. Les revenus se sont élevés à 222 millions de dollars. Même s'ils sont meilleurs que les prévisions des analystes (212 millions de dollars), ils sont en retrait de 63% sur un an: à l'époque, le chiffre d'affaires dépassait les 600 millions de dollars.Et la situation n'est pas prête de s'améliorer dans ce secteur qui souffre d'importants problèmes de surcapacités, dues aux investissements exponentiels de ces dernières années. Nortel, Lucent et Alcatel ont témoigné ces derniers jours de la catastrophique conjoncture dans les télécoms. C'est pourquoi JDS Uniphase n'est pas en reste. Il table pour le premier trimestre de son exercice (juillet-septembre) sur des revenus compris entre 200 et 210 millions de dollars, pour une perte de 6 à 8 cents par action, hors charges de restructurations.Face à ces perspectives moroses, JDS se prépare à effectuer de nouvelles mesures de resctructurations passant par des licenciements et la fermeture d'un certain nombre de sites. Le Canadien n'a pas donné les détails de ces mesures. Elles ont pour but de ramener le seuil de rentabilité entre 260 et 270 millions de chiffre d'affaires trimestriel. Les dernières réductions des coûts annoncées par JDS Uniphase en avril visaient à atteindre un point d'équilibre à 300 millions de dollars. Les suppressions d'effectifs concernaient 2.000 postes, soit 20% des 10.000 salariés de l'entreprise de l'époque; elles doivent être finalisées d'ici le printemps prochain.En tout état de cause, les chiffres trimestriels restent mauvais. La perte sur la période avril-juin s'élève à 996,6 millions de dollars, contre une perte de 12,3 milliards l'an dernier. Hors éléments exceptionnels, elle atteint 10 cents par titre, contre 40 cents par titre il y a un an. Les analystes tablaient sur un déficit de 3 cents par action.A New York, le titre perd 15,02% à la mi-séance à 2,15 dollars, portant à 34,5% son repli sur cinq séances.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :