TMP Worldwide souffre de la déprime des marchés du travail

 |  | 432 mots
Lecture 2 min.
"Une reprise sans emplois" : cette configuration économique inédite est particulièrement défavorable aux spécialistes du recrutement. Et plus encore peut-être à ceux qui ont tout misé sur Internet, comme TMP Worldwide, le groupe américain propriétaire du réseau de sites Monster. Une évolution conjoncturelle qui n'est pas prêt de s'améliorer et qui oblige TMP à accélérer sa restructuration.La société, présente dans 33 pays, a annoncé avoir inscrit dans ses comptes du deuxième trimestre une charge exceptionnelle de 114,4 millions de dollars au titre de ce plan de réorganisation, qui aboutira à la suppression de 1.000 postes au sein du groupe sur un total de 8.500 et à la fermeture de 102 agences. Le programme de réduction des effectifs est déjà réalisé aux trois quarts. Au total, TMP espère économiser 35 millions de dollars cette année et 70 millions l'an prochain.Le groupe est contraint de s'adapter rapidement au ralentissement de son activité : son chiffre d'affaires accuse un recul de 24% sur un an, à 291 millions de dollars au deuxième trimestre. Un chiffre stable par rapport aux trois premiers mois de l'année, mais qui risque de se dégrader au cours des mois à venir si le ralentissement de l'économie américaine se confirme. Seul point encourageant : l'activité en ligne ne ralentit pas plus vite que l'activité hors ligne.La marge d'exploitation du groupe s'est elle aussi dégradée au cours du trimestre, repassant à 7,7%, contre 15,1% sur la même période l'an dernier. Quant au résultat net, il tombe à 15,7 millions de dollars, contre 40,9 millions (-61%).La conjoncture oblige en outre TMP Worldwide à revoir à la baisse ses objectifs de résultats pour les mois à venir : sur l'ensemble de 2002, il table désormais sur un recul de 19,2% de son chiffre d'affaires et de 58,4% de son résultat d'exploitation. Et il souligne qu'étant donné "la visibilité limitée sur ses marchés et sur l'économie en général", il n'est pas "prudent" d'établir des prévisions pour 2003. "Le ralentissement de nos marchés sur plus long que ce que nous prévoyions initialement", explique simplement le directeur financier Michael Sileck. En outre, vaches maigres obligent, TMP Worldwide ne prévoit plus de participer à la concentration du secteur : après avoir abandonné, fin 2001, son concurrent HotJobs à Yahoo! (lire ci-contre), il prévoit que ses comptes, jusqu'à la fin de l'an prochain, n'inclueront aucune charge liée à une fusion ou à une acquisition.Sur le Nasdaq, l'action TMP Worldwide s'effondrait chutait de 30% à la mi-journée mercredi à 8,95 dollars, après l'abaissement des prévisions annuelles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :