Les ventes de Noël soutiennent le bénéfice de Hewlett-Packard

 |  | 500 mots
Lecture 2 min.
Comme annoncé au début du mois de février, le premier trimestre (clos fin janvier) de l'exercice fiscal 2001-2002 de Hewlett-Packard a réalisé une solide performance. Le groupe affiche un bénéfice net de 484 millions de dollars, soit plus de trois fois le résultat enregistré lors de la même période de l'exercice précédent. Avant éléments exceptionnels, le bénéfice de la firme californienne s'est élevé à 564 millions de dollars, soit 29 cents par action, contre 812 millions de dollars ou 41 cents par action lors du premier trimestre de l'exercice 2000-2001. Même en baisse, ce chiffre se révèle supérieur aux attentes des marchés qui anticipaient en moyenne un bénéfice de 25 cents par titre.Au cours du premier trimestre de son exercice, Hewlett-Packard, présent à la fois dans la fabrication de PC, dans les imprimantes et les appareils photos numériques, a pu assurer cette performance grâce à une reprise de la demande des consommateurs durant les fêtes de fin d'année. Les ventes du groupe au premier trimestre se sont montées à 11,4 milliards de dollars, en hausse de 5% par rapport au trimestre précédent mais encore en retrait de 8% par rapport au même trimestre de l'exercice antérieur. Les dirigeants de Hewlett-Packard, dont le projet de fusion avec Compaq est contesté, ont profité de ces bons chiffres pour plaider la cause de ce mariage. Pour la PDG de Hewlett-Packard, Carly Fiorina, ces résultats montrent que "nous ne sommes pas distraits par la fusion, que nos clients ne font pas défection", attaquant ainsi ses détracteurs, dont certains héritiers des fondateurs du groupe, sur leurs propres arguments. Mais Walter Hewlett, adversaire le plus résolu de la fusion, ne s'est pas laissé démonter. Se félicitant des performances financières de Hewlett-Packard au 1er trimestre, il les a utilisées pour mieux dénigrer l'alliance.  "Ces résultats confirment une fois de plus que Hewlett-Packard n'a pas besoin d'acheter Compaq, une société avec une activité d'ordinateurs en difficulté qui représente 65% de son chiffre d'affaires", a-t-il riposté. La fusion doit créer le numéro un mondial des PC, des serveurs et des imprimantes, de la taille d'IBM, avec un chiffre d'affaires de l'ordre de 87 milliards de dollars par an. La balle est désormais dans le camp des actionnaires de Hewlett-Packard, qui se prononceront le 19 mars, et ceux de Compaq le lendemain. Concernant la suite de l'exercice, Hewlett-Packard demeure très circonspect. Le groupe table sur un bénéfice net par action légèrement en baisse par rapport à celui enregistré au premier trimestre. Cette prudence est justifiée par la difficulté qu'ont les dirigeants du groupe à prévoir l'évolution des conditions de marché. En conséquence, Hewlett-Packard anticipe un recul modeste de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre par rapport au premier. A Wall Street, l'action Hewlett-Packard est stable à la mi-journée à 20,98 dollars. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :