L'I-Mode de NTT DoCoMo bientôt en Allemagne

 |  | 405 mots
Lecture 2 min.
Le système d'Internet mobile japonais aura-t-il autant de succès en Europe qu'au Japon? Le marché devrait bientôt avoir des premiers éléments de réponse, dans la mesure où l'opérateur mobile japonais et l'opérateur allemand E-Plus, filiale de KPN, prévoient le lancement du premier I-Mode européen pour mars-avril, comme ils l'ont annoncé ce matin. Cette annonce fait partie du plan d'expansion à l'international du Japonais. NTT DoCoMo, qui a choisi d'exporter son modèle d'Internet mobile en s'alliant avec des opérateurs locaux, a pris 15% de KPN qui, lui-même, est monté fin janvier à 100% dans le capital de l'opérateur allemand, en rachetant à l'américain BellSouth par échange d'actions les 22,51% qui lui manquaient dans le groupe (voir ci-contre). Fin décembre, NTT DoCoMo avait déjà annoncé le lancement des nouveaux services aux Pays-Bas et en Belgique pour le printemps prochain. Le nouveau système d'I-Mode européen, d'abord lancé sur le GPRS puis plus tard sur l'UMTS, incluera des services similaires à ceux en vogue au Japon, tels que les cours de Bourse, le jeu en ligne ou la réservation de billets. Lors de l'annonce du lancement aux Pays-Bas et en Belgique, les deux partenaires avaient annoncé des accords sur le contenu avec Reuters, Endemol et des banques. Au Japon, l'I-Mode a déjà conquis plus de 30 millions d'usagers sur un total de 40 millions d'abonnés au service de téléphonie mobile de NTT DoCoMo. D'abord lancé sur un réseau équivalent à celui du GPRS, il est disponible depuis octobre dernier sur un réseau haut débit similaire à l'UMTS, permettant la mise en place de services suplémentaires tels que le téléchargement de vidéos. Seul modèle d'Internet mobile viable connu, l'I-Mode repose sur la multiplication de contenus faciles à utiliser. Afin d'attirer les fournisseurs de services, NTT DoCoMo ne leur prélève que 9% de commissions. Il est grand temps pour le groupe japonais de commencer à percevoir les fruits de sa politique internationale, dans la mesure où il a déjà déboursé plus de 15 milliards d'euros pour prendre des participations dans différents opérateurs. Sauf que ces participations ont déjà été largement dévalorisées depuis leur acquisition, en raison de la dégringolade du secteur en Bourse. Au titre de l'entrée dans KPN, NTT DoCoMo a dû passer une provision de 3,48 milliards d'euros en octobre dernier.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :