Les créanciers d'Hynix pourraient demander 5 milliards de dollars à Micron

 |  | 363 mots
Lecture 2 min.
Cinq milliards de dollars: c'est le ticket d'entrée qu'exigeraient les créanciers du fabricant de semi-conducteurs Hynix pour autoriser l'alliance que tente de conclure le Sud-Coréen avec son concurrent américain Micron Technology. "Je pense que c'est ce que veulent nos créanciers car c'est un montant équivalant à leur exposition dans le groupe, qui s'élève à 6.000 milliards de won [4,61 milliards de dollars]", a confirmé un porte-parole du groupe sud-coréen ce matin. Il vient ainsi corroborer les informations d'un quotidien coréen selon lesquelles Micron s'apprêterait à offrir entre 4 et 5 milliards en actions contre la production de mémoires DRAM d'Hynix.Les créanciers d'Hynix ont en effet sauvé deux fois le groupe de la faillite en 2001, dont la dernière fois en octobre en montant une opération de sauvetage incluant un crédit de 3 milliards de dollars. En décembre, Hynix et Micron ont fait état de discussions sur une éventuelle alliance. Si les contours ne sont pas encore bien dessinés, les deux partenaires s'apprêtent ce mois-ci à signer une lettre d'intention. En tout cas, l'alliance portera en premier lieu sur la production de mémoires DRAM d'Hynix, selon les propos tenus par son président Park Chong-Sup après un voyage aux Etats-Unis en décembre dernier.L'accord devrait comprendre au minimum la cession de l'unité de mémoires de Hynix située à Eugene dans l'Oregon, aux Etats-Unis, et la création d'une direction conjointe des autres installations de la société sud-coréenne. L'usine d'Eugene intéresse d'autant plus Micron qu'elle a été fermée ces six derniers mois et qu'elle doit recommencer à fonctionner mi-janvier. Entre temps, les lignes ont été adaptées pour la production de composants de mémoires DRAM de 256 mégabits, à plus forte valeur ajoutée que celles de 64 mégabits fabriquées jusqu'à présent.Par la suite, d'autres pourparlers seront nécessaires pour établir la valeur des installations d'Hynix cédées à Micron et décider du ratio suivant lequel les actions Hynix seront échangées contre celles de Micron. Ce devrait être la partie la plus ardue de la négociation, qui n'est pas certaine d'aboutir. latribune.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :