Nouvelle dégradation en vue pour Sun Microsystems

 |  | 348 mots
L'horizon se noircit pour le fabricant américain de serveurs Sun Microsystems. Déjà les perspectives pour le trimestre en cours (clos fin septembre) annoncées lors de la dernière publication de résultats en juillet dernier n'étaient pas roses. Et elles seront pires que prévu. Pour les trois premiers mois de son exercice entamé le 1er juillet dernier, Sun Micro a revu à la baisse ses prévisions de chiffre d'affaires. Les ventes ne devraient pas dépasser 2,86 milliards de dollars, soit le même niveau que l'an passé. Le chiffre est dans le bas de la fourchette des estimations établies en juillet dernier, qui faisaient état d'un revenu en baisse de 10 à 15% par rapport au quatrième trimestre. Sur la période, les ventes devraient être de 3,4 milliards de dollars. Jusque là, le consensus des analystes de Thomson First Call attendait encore un chiffre d'affaires de 3,07 milliards de dollars. "Nous ne percevons aucune amélioration dans le secteur des technologies de l'information. En fait, certains disent que la situation pourrait encore empirer", a précisé Steve McGowan, le directeur financier du groupe lors d'une conférence téléphonique. Dans un secteur en pleine déprime, la concurrence s'est largement durcie. Les clients de Sun sont agressivement courtisés par les fabricants de taille plus modeste, et moins chers, qui vendent des machines équipées de puces Intel et dans un environnement Windows. Dans le haut de gamme, Sun souffre de la compétition de machines fonctionnant sous Unix.Pour l'instant, les prévisions de résultats, qui vont d'une perte de 2 cents par titre à l'équilibre, hors éléments exceptionnels, n'ont pas été modifiées. Toutefois, la marge brute devrait être équivalente à celle du dernier trimestre (41,1%), s'est contenté de préciser Steve McGowan. Ce qui laisserait présager des résultats moins bons que prévu. En milieu de séance à New York vendredi, le titre de Sun recule de 3,39% à 3,70 dollars, approchant son plancher de l'année (3,50 dollars). L'action a perdu 90% de sa valeur depuis ses plus hauts atteints il y a deux ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :