"La TNT créerait une obligation destructrice pour les câblo-opérateurs"

Pourquoi ce nouvel appel à la suspension de la TNT, quelques jours après le début des auditions des candidats devant le CSA ?Nous avons tenu à confirmer la position qui est depuis longtemps la nôtre dans ce dossier. Nous somme opposés au projet dans sa forme actuelle et notamment au décret "must carry", qui veut nous obliger à diffuser sur nos réseaux les futures chaînes gratuites de la TNT. On ne peut pas, de cette façon, obliger les câblo-opérateurs à mettre à la disposition d'un nouveau concurrent le fonds de commerce qu'ils ont développé. Les câblo-opérateurs sont des acteurs importants du marché de la télévision en France. Ils ont notamment aidé à la création de nouvelles chaînes, avant l'apparition des bouquets satellites et avant qu'on ne parle de la TNT. Mais tout cela est une économie fragile, qu'il ne faut pas menacer aujourd'hui. Or la TNT menace d'affaiblir tout le secteur audiovisuel français, toutes chaînes confondues. Le décret "must carry", notamment, est une obligation destructrice sur un plan économique. Non seulement parce qu'il est silencieux sur la contrepartie qui nous serait accordée pour la diffusion des chaînes gratuites, mais aussi parce que le fait de multiplier les chaînes gratuites rend plus difficile la vente des chaînes payantes.Le nouveau ministre de la Culture, Jean-Jacques Aillagon, veut se donner le temps de la réflexion sur la TNT. Quant au CSA, il a repoussé à fin octobre l'attribution des canaux de la TNT. Cette tendance vous encourage dans votre opposition ? Notre position, pour l'instant, est simple : des discussions vont s'engager, nous voulons y participer. Puisque les choses vont être remises à plat, c'est l'occasion de faire entendre nos arguments. Nous avons déjà eu un premier contact avec le nouveau cabinet du ministère de la Culture, nous espérons qu'il y en aura d'autres. En attendant, le recours gracieux formé par l'Aform devant le Conseil d'Etat contre le décret "must carry" et l'action en justice intentée par l'un de nos membres restent valables. Les derniers chiffres publiés par votre association montrent que le câble ne va pas si mal. En effet, au premier trimestre, plus de 100.000 foyers français ont soucrit un abonnement au câble, portant à 3,48 millions, tous services confondus, le nombre d'abonnés des réseaux câblés français. En un an, ce chiffre a progressé de plus de 12% et le taux de pénétration du câble dépasse désormais les 40%. A elle seule, la télévision numérique a gagné 47.000 nouveaux clients au premier trimestre et a passé la barre des 700.000 foyers abonnés, soit une hausse de près de 30% en un an. L'Internet à haut débit par le câble, lui, comptait 208.663 foyers abonnés au 31 mars : c'est 40% de plus qu'il y a un an. Ces chiffres illustrent la force du câble : les opérateurs font des efforts pour se développer. Notamment sur le marché de l'accès Internet à haut débit, sur lequel les câblo-opérateurs sont très dynamiques, puisque chaque réseau a désormais une offre, que l'Internet par le câble est disponible dans 650 communes, sur 70% des 8,6 millions de prises câblées. Mais une fois de plus, la TNT constitue une menace : si le "must carry" nous pénalise, cela compromettra nos investissements dans l'accès Internet...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.