La fusion HP/Compaq franchit un nouvel obstacle

 |  | 526 mots
La semaine en cours est décidément fructueuse pour les partisans de la fusion entre Hewlett-Packard et Compaq : au lendemain de la recommandation favorable donnée par l'influent cabinet ISS, le projet a reçu mercredi soir l'accord de la Federal Trade Commission, l'autorité suprême de la concurrence aux Etats-Unis.Chargée d'étudier les conséquences d'un éventuel rapprochement entre les deux groupes sur les différents marchés concernés (PC, serveurs et microprocesseurs, notamment), la FTC, au terme d'une enquête menée en coordination avec les autorités européennes, "n'a trouvé aucune raison de croire que la transaction proposée nuirait à la concurrence sur un quelconque marché", a-t-elle annoncé dans un communiqué. La décision a été prise à l'unanimité des cinq membres de la Commission. Les autorités de la concurrence européennes et canadiennes avaient déjà donné leur aval au projet. "L'accord de la FTC marque une nouvelle étape importante dans la réalisation de cette fusion", s'est félicité Michael Cappellas, le PDG de Compaq. Pour Carly Fiorina, son homologue de HP, la décision "renforce notre conviction de départ selon laquelle la fusion ne peut que favoriser la concurrence sur tous nos marchés". Mais Walter Hewlett, chef de file des opposants à la fusion, a minimisé cette décision, estimant au contraire qu'elle accréditait sa thèse selon laquelle la position concurrentielle de HP ne serait pas renforcée par un mariage avec Compaq. "Nous savons tous que les autorités expriment avec véhémence leur préoccupation au moindre relent d'avantage concurrentiel dans une fusion. Ceci n'est manifestement pas le cas ici", a-t-il ironisé. Le camp des "anti-fusion" a en outre reçu jeudi un renfort inattendu avec la décision de Standard & Poor's d'abaisser les notes financières de Hewlett-Packard, en raison des risques liés à la fusion. La note de la dette à long terme de HP rétrograde ainsi de trois crans d'un coup (passant de AA- à A-) et la note à court terme de deux crans (de A1+ à A2). Tout en soulignant sa "validité stratégique" S&P souligne les risques liés à sa mise en application du projet de fusion. Mais, mettant en avant la baisse de la rentabilité de HP, notamment dans ses activités de hardware, l'agence reconnaît que "même si le projet de fusion avec Compaq n'avait pas été annoncé, les notes de HP auraient été abaissées à un niveau comparable".Carly Fiorina et Michael Cappellas ont certes marqué deux points importants en deux jours : la recommandation d'ISS est susceptible d'influencer le vote de 10 à 12% des actionnaires de HP lors de l'assemblée générale convoquée le 19 mars, et le feu vert de la FTC lève une incertitude supplémentaire. Mais Wall Street est loin d'être pleinement rassuré : même si l'action Compaq a gagné 3,8% hier, pour terminer la séance à 10,98 dollars (tandis que HP cédait 2% à 20,18 dollars), elle est loin d'avoir effacé sa décote par rapport à la parité offerte par le projet de fusion ; signe que les investisseurs sont encore sceptiques sur l'aboutissement de ce projet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :