GridXpert veut industrialiser la technologie du "grid computing"

Le "grid computing", avenir de l'Internet ? Ce nouveau concept, basé sur la notion de "grid" (littéralement "grille") est né dans les laboratoires de recherche américains et européens, comme ceux de la Nasa et du Cern. Le principe ? Faire travailler l'ensemble des ordinateurs d'un réseau donné, pour mettre à profit la somme de leurs puissances individuelles de calcul et de stockage. C'est ainsi que le programme Seti, installé sur des centaines de milliers de PC dans le monde, assure le dépouillement des masses de données recueillies par les radio-téléscopes de la Nasa, accomplissant en quelques jours un travail qui aurait pris des semaines s'il était resté confiné aux seules machines centrales de l'agence spatiale américaine. Particulièrement bien adapté aux gros calculs scientifiques, le grid computing peut être décliné sur les réseaux informatiques des grands groupes. C'est en tout cas le pari de GridXpert. Française, la start-up vient de lever trois millions d'euros pour développer son projet : permettre aux grandes entreprises d'exploiter l'ensemble de leurs ressources informatiques comme s'il s'agissait d'une seule machine, et au meilleur coût. Transformer ainsi un système complexe et multiple en un système virtuel unique : l'idée est ambitieuse mais elle s'appuie sur des réalités économiques indéniables. "Les grandes entreprises ont beaucoup investi ces dernières années, en hardware et en software, explique Edgar Madar, co-fondateur et directeur général. Aujourd'hui, elles veulent tirer le plus grand profit possible de leurs systèmes informatiques et limiter, voire réduire les besoins en investissements. C'est un peu la quadrature du cercle..." Autre facteur favorable : la demande de puissance de calcul augmente de 25% par an, tandis que la demande de capacité de stockage progresse de 40%. Les spécialistes du stockage n'évaluent désormais plus les besoins en téraoctets mais en petaoctets (10 puissance 15 octets...). Des chiffres évidemment très supérieurs à ceux des investissements informatiques... "Il y a donc une demande économique légitime visant à améliorer le taux d'utilisation de la 'masse' totale des systèmes informatiques", conclut Edgar Madar. "Imaginez ce qu'un Renault ou un Peugeot pourrait faire s'il utilisait, la nuit, les dizaines de milliers de PC installés sur l'ensemble de ses sites pour faire des calculs de modélisation ou de simulation de crash test !".S'appuyant sur les modules et les outils développés par les premiers spécialistes américains du grid computing, à commencer par le "projet Globus", mais aussi Platform et Avaki, GridXpert développe donc une suite logicielle permettant de mettre en place et d'administrer facilement des projets de grid computing, en toute sécurité. "Aujourd'hui, on peut créer un début de grid, mais il n'y a rien d'industrialisé, explique Edgar Madar. Nous, nous voulons mettre à la disposition des grands groupes internationaux une solution leur évitant de devoir 'bricoler'".Ce qui suppose évidemment de résoudre d'épineux problèmes de compatibilité et d'interopérabilité entre les multiples matériels et logiciels impliqués, mais aussi d'assurer une sécurité totale des réseaux et des transferts d'informations. Au-delà, la gestion économique du grid nécessite aussi la mise en place d'outils d'allocation des ressources, d'évaluation de la méthode exigeant les moindres coûts et même de facturation interne à l'entreprise. Les fondateurs de GridXpert sont conscients que la mise en oeuvre du grid computing en entreprise est "un rêve qui ne se réalisera pas du jour au lendemain". Pour autant, leur plan de marche est clair : au cours des neuf à douze mois qui viennent, ils envisagent de tester leur plate-forme chez deux ou trois grands "pilotes". La commercialisation "grandeur nature" est prévue dans un an, avec pour objectif une douzaine de nouveaux clients au cours de l'année qui suit. Les effectifs de l'entreprise devraient atteindre une vingtaine de personnes en fin d'année, contre une demi-douzaine aujourd'hui, avec notamment la constitution d'une équipe de consultants. Quant au coût d'une solution, il devrait démarrer aux alentours de 300.000 à 500.000 euros pour une centaine de machines.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.