La nouvelle stratégie de Yahoo ! n'est toujours pas payante

Yahoo! est donc une des toutes premières entreprises à ouvrir le bal de la saison des résultats trimestriels aux Etats-Unis. Le portail Internet américain a précisé hier avoir accusé, au quatrième trimestre 2001, une perte nette incluant des coûts de restructuration de 8,7 millions de dollars (2 cents par action) contre 97,8 millions (17 cents par action) lors du dernier trimestre 2000. Sur la même période, le chiffre d'affaires trimestriel a, lui, baissé de 39,2 % à 188,9 millions de dollars.Le bénéfice net pro forma s'établit à 16,7 millions de dollars au quatrième trimestre 2001, en baisse de 79 % par rapport à la même période de 2000 (80,2 millions), soit 3 cents par action contre 13 cents précédemment. Mais ce résultat est tout de même meilleur qu'attendu. Les analystes prévoyaient en moyenne un bénéfice par action de 1 cent, selon l'agence spécialisée First Call. Pour 2002, le groupe attend un chiffre d'affaires de 750 à 800 millions de dollars. Le bénéfice par action pro forma devrait atteindre 1 ou 2 cents au premier trimestre 2002 et de 7 à 10 cents pour l'ensemble de 2002, a ajouté Yahoo!.Des résultats que le N°2 du groupe, Jeff Mallett, n'aura pas le plaisir d'annoncer lui-même aux analystes. Yahoo! a annoncé hier sa démission qui sera effective en avril prochain. Jeff Mallett, qui était chez Yahoo! depuis 1995, part pour avoir « plus de flexibilité pour sa famille et ses intérêts professionnels », a précisé le portail.Stratégiquement, depuis les premiers doutes sur le modèle des portails gratuits, Yahoo! a manifesté sa volonté de réduire sa dépendance à l'égard de la publicité. Mais les recettes générées par les services payants sont demeurées marginales, qu'il s'agisse de la facturation pour la mise aux enchères d'un objet ou du paiement pour un référencement rapide d'un site sur le moteur de recherche. De même, le développement en direction des entreprises avec l'offre « Corporate Yahoo! », qui consiste à offrir des portails personnalisés aux 2.000 plus grands groupes mondiaux. Du coup, Yahoo! s'est relancé fin 2001 dans une politique d'expansion agressive pour diversifier encore davantage son activité. Le rachat en décembre du site d'offre d'emplois HotJobs.com en est une illustration. Il fait de Yahoo! la seconde destination pour les offres d'emploi en ligne. Le portail a également signé un accord avec SBC, un opérateur de télécommunications, qui lui permet de prendre pied dans l'activité de fournisseur d' accès à Internet. Dans tous ces nouveaux métiers, Yahoo! doit encore faire ses preuves. Certains analystes estiment cependant que le pire est passé en 2001, sur le cœur de l'activité du portail qui reste la publicité en ligne.Concernant ses ventes en lignes, le portail avait plutôt bien fini l'année en annonçant aux lendemains de Noël que celles-ci avaient bondi de 86 % entre le 23 novembre et le 24 décembre par rapport à la même période l'an dernier. Citant le cabinet AC Nielsen, le portail avait alors affirmé que ses utilisateurs de Yahoo! avaient dépensé 10,3 milliards de dollars en ligne au quatrième trimestre 2001.A New York, le titre bondit de 11,25% en milieu de séance à 19,88 dollars.S. B.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.