Alcatel cherche un partenaire dans les mobiles

L'heure serait-elle à la consolidation sur le marché des combinés mobiles? C'est en tout cas ce que laissent penser les acteurs du secteur actuellement réunis sur la Croisette à l'occasion du 3GSM Congress, le grand salon annuel de la mobilité. Dernière annonce en date : celle d'Alcatel. Jacques Combet, le président de la division mobiles du groupe français, a confirmé à Cannes qu'il cherchait activement un partenaire dans ce secteur.Alcatel aurait une préférence pour un fabricant asiatique, auquel il pourrait apporter son savoir-faire et sa puissance sur le marché européen. "Si nous concluons un accord et nous voulons conclure un accord, ce sera à la fois au niveau technique et marketing", a affirmé Jacques Combet dans un entretien avec l'agence Reuters. "Pour être un acteur gagnant sur le marché du portable, vous devez avoir une masse critique et être en mesure d'investir en marketing et en recherche et développement", a-t-il ajouté.Alcatel ne s'est pas hasardé à fixer un calendrier mais pense que la période pour trouver un partenaire est plus propice qu'auparavant. "Nous n'avons plus de stocks très importants et l'atmosphère est plus favorable aux alliances", a dit Jacques Combet. Le marché du portable s'était pour la première fois contracté en 2001, en raison de la saturation du marché et du ralentissement économique.Mais il n'y a toutefois pas d'urgence absolue. Alcatel dit avoir le temps depuis qu'il a sous-traité à Flextronics la fabrication des téléphones, combinant ainsi flexibilité et réduction des coûts. Le groupe français possède 10% de parts de marché sur le GSM et les revenus de cette activité contribuent pour une part inférieure à 10% aux revenus du groupe. L'équipementier a vendu l'an dernier 10,2 millions de téléphones, une contre-performance par rapport aux 20 millions d'appareils écoulés en 2000. C'est pourquoi Jacques Combet a profité de l'entretien pour confirmer qu'Alcatel tenait à rester dans le secteur.En tout cas, Cannes est visiblement propice à ce genre de déclaration. En début de semaine, Motorola, actuel numéro deux du marché mondial derrière Nokia, avait clamé son intention de faire passer sa part de marché mondiale à 25% d'ici 3 ans, contre 17% fin 2001, en acquérant un autre acteur du secteur de taille plus petite. De son côté, Siemens a affirmé vouloir doubler sa part de marché, de 8% actuellement à 15%. Depuis l'alliance Sony-Ericsson qui inaugurait l'an dernier une possible consolidation du secteur, aucun autre pas n'a été fait dans ce sens. Surtout depuis que les fabricants de portables (Alcatel, Siemens...) se sont massivement mis à sous-traiter leur production. Philips a confirmé à Cannes avoir abandonné l'idée de fusionner cette activité après avoir confié la production de ses combinés à China Electronic, basé à Pékin. En effet, la sous-traitance est un moyen détourné de faire des économies d'échelle: le sous-traitant produisant pour plusieurs fabricants, il est en mesure, grâce aux effets de volume, de réaliser des économies dont il fait ensuite profiter l'ensemble de ses clients.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.