Siemens poursuit son retrait d'Infineon

 |  | 413 mots
Lecture 2 min.
Siemens poursuit son retrait de son ancienne filiale Infineon. Après être passé sous les 50% du capital en décembre dernier, le groupe électronique a mis en vente en ce début d'année 40 millions d'actions du troisième producteur mondial de semi-conducteurs, via la banque Goldman Sachs. C'est en tout cas ce qu'a indiqué mardi Infineon dans un communiqué. Selon des courtiers à Francfort, la transaction se serait faite à un prix de 24,35 euros par titre et selon une source citée par l'AFP à un prix de 25 euros par action. Toujours selon cette même source, cette opération aurait fait passer la participation de Siemens de 45 à 41,33% . Début décembre, Siemens avait transféré 200 millions de titres Infineon dans un fonds d'investissement qui s'était engagé à ne pas exercer ses droits de vote, laissant ainsi le contrôle de la société aux autres actionnaires d'Infineon. Au terme de cette opération, outre le fait d'être passé sous la barre des 50% de titres détenus, Siemens ne possédait plus que 20% des droits de votes. Mais surtout, le retrait de Siemens a permis à l'Allemand de ne plus consolider les résultats - et surtout les pertes - d'Infineon dans ses comptes. Parallèlement, Infineon a annoncé mardi l'émission d'un emprunt obligataire convertible en titres, en liquidités, ou les deux. Cet emprunt d'une durée de 5 ans est d'un montant d'un milliard d'euros. Pour couper court aux rumeurs, le géant des semi-conducteurs a tenu à rappeler que sa position financière était solide avec un niveau de liquidités supérieur à 250 millions d'euros à la fin du premier trimestre. Cet emprunt est surtout destiné à financer le développement du groupe sur le long terme, a-t-il précisé. Le groupe a en effet pâti de la dégradation du marché des semi-conducteurs qui a pesé à la fois sur les volumes et sur les prix. Infineon, dont le projet de rapprochement avec Toshiba a échoué, a terminé l'exercice 2001 en négatif. Clos fin septembre, il s'était soldé par une perte nette de 591 millions d'euros. Le groupe prévoyait de rester dans le rouge encore au moins les deux trimestres suivants. Il y a quelques jours, le producteur a donné une première bonne nouvelle aux marchés en annonçant une augmentation du prix de ses mémoires (voir article ci-contre). A Francfort, Infineon perd 5,90% à 24,58 euros en fin de journée tandis que Siemens progresse légèrement de 0,05% à 76,24 euros.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :