BT Group a réduit sa dette

 |  | 496 mots
Après une année 2001 marquée par la restructuration, BT Group, qui regroupe les activités de téléphonie fixe de l'ancien monopole britannique British Telecom, après la scission des activités mobiles, semble réussir sa mutation. Le groupe, qui a publié jeudi ses résultats annuels, a annoncé avoir dépassé ses objectifs, tant en termes de résultats que d'endettement.Les actions menées depuis un an pour alléger la dette ont produit leurs effets. Celle-ci s'élevait au 31 mars 2002 à 13,7 milliards de livres, alors que le groupe avait prévu de la ramener entre 15 et 20 milliards de livres, contre 27,9 milliards de livres au 31 mars 2001. En juin 2001, le groupe a commencé par lever 5,9 milliards de livres via une augmentation de capital. Puis l'opérateur s'est séparé de sa branche de téléphonie mobile mm02, cotée maintenant séparément, et s'est désengagé de Concert, ancienne joint-venture détenue avec AT&T. Le groupe a également vendu un certain nombre d'actifs, notamment au Japon avec J-Phone et en Espagne (Airtel), ainsi que les pages jaunes Yell. L'ensemble de ces opérations a permis une entrée de cash de 8 milliards de livres.Sur l'ensemble de l'exercice, le groupe publie un résultat avant impôts de 1,27 milliard de livres, légèrement supérieur aux attentes des analystes qui tablaient sur un résultat compris entre 900 et 1,25 milliard de livres. L'an dernier, le bénéfice annuel était de 1,76 milliard de livres. "Nous commençons l'année dans une situation financière plus solide", a déclaré le PDG du groupe, Ben Verwaayen, arrivé en janvier dernier. La restructuration va d'ailleurs se poursuivre tout au long de l'année. L'opérateur avait annoncé en décembre dernier vouloir réduire ses effectifs totaux d'ici 2003 de 13.000 postes sur les 110.000 salariés du groupe.BT Group, qui a fait de l'Internet haut débit un axe majeur de sa stratégie, a déclaré avoir conquis 170.000 abonnés à la fin du mois de mars, au sein de BT Wholesale. Il espère dépasser le million d'abonnés cet été et 5 millions en 2006. L'opérateur compte tirer de l'Internet rapide au moins un tiers des 1,5 milliard de livres de résultats supplémentaires qu'il s'est fixé pour l'exercice 2004-2005.Si globalement, le groupe est parvenu à améliorer sa situation financière, il subit encore fortement le poids de sa branche de services aux entreprises BT Ignite, qui devrait faire l'objet d'une nouvelle restructuration. BT Ignite subit une perte d'exploitation de 353 millions de livres, contre 309 millions de livres un an avant. BT a déjà réduit l'effectif de 2.400 postes à 16.400 personnes en un an. L'opérateur a réaffirmé jeudi que cette activité retrouverait l'équilibre en mars 2003, une échéance remise en cause par certains analystes qui ne voient pas le retour à la rentabilité avant 2005.A Londres, le titre BT Group gagnait 6,75% à 273,29 pence en fin de journée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :