Les ventes mondiales de semi-conducteurs stables en juin

 |  | 404 mots
Lecture 2 min.
La reprise tant attendue sur le marché mondial des semi-conducteurs peine encore à s'affirmer. Les derniers chiffres publiés par la Semiconductor Industry Association (SIA) montrent que les ventes mondiales de puces sont restées quasiment stables en juin par rapport à mai, avec un recul de 0,2% à 11,35 milliards de dollars. Par zones géographiques, la situation est plus contrastée : alors que le Japon affiche une hausse de 5,4% de ses ventes d'un mois sur l'autre, la zone Amériques voit les siennes reculer de 2,4% ; et surtout, les ventes en Europe chutent de 4,1%, retombant à 2,14 milliards de dollars. Une fois de plus, explique la SIA, "la crise et la restructuration des marchés de télécommunications, qui s'ajoutent à la lenteur du marché des PC, ont inévitablement eu un effet à court teme sur le chiffre d'affaires en Europe". Tandis que les Etats-Unis souffrent des mêmes tendances - plus fortes pour les PC, moins pour les télécoms - le Japon profite en revanche de la bonne conjoncture dans l'électronique grand public.Le deuxième trimestre 2002, lui, s'inscrit pour le secteur en hausse de 5,8% sur les trois premiers mois de l'année, avec des ventes atteignant 11,35 milliards de dollars. Ce qui suffit au président de la SIA, George Scalise, pour affirmer que "l'industrie des semi-conducteurs poursuit la reprise entamée à la fin de l'an dernier". Il souligne notamment que "les secteurs du mobile et [de l'électronique] grand public continuent de se renforcer", stimulant les ventes de mémoires flash, de processeurs de signaux numériques (DSP), entre autres.De leur côté, les analystes de Merrill Lynch sont plus prudents : relevant que le montant des facturations (qui diffère de celui des ventes, correspondant aux livraisons effectives) a bondi de 24% sur trois mois glissants en juin, ils soulignent que "chaque forte poussée durant le troisième mois d'un trimestre a été suivie par une baisse nette au trimestre suivant". La banque prévoit ainsi une chute pouvant atteindre 25% des livraisons en juillet.Pour l'ensemble de l'année 2002, Merrill Lynch table sur un chiffre d'affaires de 138 milliards de dollars pour le secteur, en baisse de 1% sur 2001, mais n'exclut pas d'abaisser sa prévision à une baisse de 3 à 5%. "Il est clair que le net rebond de la croissance séquentielle que nous anticipions ne se produira sans doute pas à court terme", concluent les analystes. La SIA, elle, maintient son pronostic d'une hausse de 3% du marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :