Wanadoo maintient ses objectifs 2002 et 2003

 |  | 621 mots
"Croissance et rentabilité" : le diptyque vertueux de l'Internet marchand est désormais à l'honneur chez Wanadoo. Si elle a réalisé au premier semestre une perte nette consolidée de 39 millions d'euros, la filiale d'accès Internet de France Télécom, qui regroupe aussi les activités d'annuaires, affiche un Ebitda (excédent brut d'exploitation) consolidé positif de 28 millions d'euros, le premier de sa jeune histoire. Un résultat atteint avec un an d'avance sur les projections initiales, souligne Nicolas Dufourcq, son PDG, et qui lui permet de maintenir ses objectifs ambitieux pour cette année et la suivante. Le premier, un Ebitda consolidé positif sur l'ensemble de l'année 2002, semble à portée de main. Mais pour l'année suivante, de nouveaux efforts de maîtrise des coûts seront sans doute nécessaires. Car Wanadoo vise un Ebitda dans le vert pour le seul segment Accès, portails et "e-Merchant" (vente en ligne) en 2003, contre une perte de 87 millions d'euros sur les six premiers mois de cette année, divisée par deux par rapport à la même période de 2001. Mais les résultats enregistrés sur le seul marché français sont encourageants : l'Ebitda y est positif de 5 millions d'euros, contre une perte de 79 millions l'an dernier. "Globalement, les coûts augmentent pratiquement deux fois moins vite que les revenus'", souligne l'entreprise.Autre objectif prioritaire pour 2003 : Wanadoo doit générer son premier cash-flow libre opérationnel positif, contre un résultat négatif de 14 millions au premier semestre. Le numéro un français de l'accès Internet affiche en outre des objectifs commerciaux élevés, puisqu'il vise un million de clients connectés à haut débit dès la fin de cette année - contre 850.000 aujourd'hui - et 15 millions de clients bas et haut débit dans trois ans, contre 7,8 millions. Le haut débit est le principal axe de la politique commerciale en cette rentrée (lire ci-contre), mais si les perspectives de croissance sont bonnes, Wanadoo devra "encaisser" les effets de la baisse des tarifs de gros dans l'ADSL, prévue pour le 15 octobre.Interrogé sur ses éventuels projets de croissance externe, alors qu'ont circulé des rumeurs d'intérêt pour Tiscali, Nicolas Dufourcq a réfuté toute vélléité d'acquisition importante à court terme. "Se mettre sur le dos une acquisition transformante n'est pas souhaitable dans les prochains mois. L'intégration d'Eresmas [le deuxième fournisseur d'accès espagnol, racheté en juillet] est un gros boulot. Il n'y a pas de dossier Tiscali ouvert chez nous", a-t-il expliqué. Pour le premier semestre, Wanadoo confirme la hausse de 33% du chiffre d'affaires, à 918 millions d'euros. Une croissance tirée par l'accès Internet (+89%) et par les annuaires en ligne (+45%). Des activités Internet qui affichent en outre un Ebitda positif de 5 millions d'euros. L'amélioration de la rentabilité, explique-t-il, provient notamment "d'un accroissement des volumes particulièrement sensible dans l'accès, permettant d'amortir sur une base plus large les coûts fixes importants". La marge brute est ainsi passée de 43,5 à 50,9% en un an. Et le coût d'acquisition des clients est resté stable, tandis que le revenu moyen par abonné "tend à augmenter".En Bourse, l'action Wanadoo a oscillé entre hausse et baisse pendant toute la séance de mercredi, pour terminer sur un recul de 1,46% à 4,71 euros. Depuis le début de l'année, le titre affiche un recul de 16%. Massacrée l'an dernier, il a retrouvé en partie les faveurs des investisseurs. Notamment parce que Wanadoo est désormais le seul grand fournisseur d'accès européen à dégager un Ebitda positif : alors que T-Online reste dans le rouge (-12,5 millions d'euros d'Ebitda au premier semestre) et que Tiscali y est retombé (-8,5 millions).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :