Sonera et Telia discutent toujours d'un rapprochement

 |  | 426 mots
Lecture 2 min.
Telia et Sonera parviendront-ils à fusionner? Une nouvelle fois en tout cas, les discussions en ce sens ont repris entre les deux opérateurs scandinaves, comme l'a confirmé Sonera lundi matin dans un communiqué, après les propos tenus dimanche par le premier ministre finlandais Paavo Lipponen.Le Finlandais Sonera et le Suédois Telia, encore propriété de l'Etat à 70%, n'en sont pas à leur coup d'essai. Au printemps 2001 déjà, les rumeurs allaient bon train sur une reprise de Sonera par Telia, mais cet éventuel rapprochement ne s'était pas concrétisé. Actuellement, les analystes s'accordent pour dire que le moment serait idéal pour une telle opération. En effet, selon eux, au delà de la situation financière solide de Telia, les comptes de Sonera, détenu à 52,8% par l'Etat finlandais, commencent à bénéficier de la politique d'assainissement du groupe.L'opérateur se concentre en effet sur son désendettement et sur son recentrage sur son coeur de métier, en limitant son exposition à la téléphonie mobile de troisième génération à l'étranger, dans laquelle il avait investi presque 4 milliard d'euros (notamment en Espagne, en Italie et en Norvège). Sonera, qui a vu son chiffre d'affaire croître de 6% en 2001 à 2,1 milliards d'euros pour un bénéfice net en baisse de 73% à 409 millions d'euros, a réalisé l'an dernier pour 2,19 milliards d'euros de désinvestissements. Dernièrement, il a vendu 19,7 millions d'actions Deutsche Telekom pour 393 millions d'euros, et doit encore céder 19 millions de titres. Le produit de ces cessions est destiné à épurer une partie de la dette de l'opérateur estimée à 2,8 milliards d'euros. Dans le même but, le groupe avait réalisé à l'automne dernier une augmentation de capital de 1 milliard d'euros. Par ailleurs, Telia s'attache depuis plusieurs mois à constituer un trésor de guerre afin de réaliser une telle acquisition. L'opérateur semi-public suédois, propriétaire d'une licence UMTS au Danemark, a finalisé fin décembre la vente de 91% d'Orbiant à Flextronics, réalisant une plus-value de 653 millions de couronnes suédoises (72,5 millions d'euros) et celle de Eircom. En 2001, il avait cédé ses participations dans l'opérateur brésilien Tess et Ercell, filiale irlandaise d'Eircom. En tout cas, le rachat de Sonera permettrait à Telia, dont le chiffre d'affaires s'est élevé à 6,20 milliards d'euros en 2001, de renforcer ses positions en Scandinavie et d'acquérir un poids assez important pour tenir tête aux autres grands opérateurs européens.A Stockolm, Telia gagne 0,76% à 39,70 couronnes suédoises en fin de séance, tandis que Sonera s'adjuge 2,46% à 5,84 euros.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :