Bouygues Télécom lance la tarification à la seconde

 |  | 419 mots
La tarification à la seconde va bientôt commencer. Après les procédures lancées par l'UFC-Que Choisir au printemps dernier, les trois opérateurs mobiles français s'y sont résolus. SFR a prévu de mettre en place sa nouvelle offre dans le courant du mois. Pour Orange, la date a été arrêtée au 15 septembre. En annonçant ce matin lors d'une conférence de presse que l'offre serait disponible dès demain, Bouygues Télécom sera le premier à satisfaire l'association des consommateurs. S'ils choisissent la facturation à la seconde, les abonnés de Bouygues Télécom devront en faire la demande expresse auprès de l'opérateur. Une méthode contraire à celle appliquée par Orange, où le passage à la facturation à la seconde est tacite.Seuls les forfaits d'une heure trente, de deux heures et de quatre heures, ainsi que les cartes prépayées Nomade sont pour l'instant concernées. Les forfaits de 45 minutes, de 6, 8 et 10 heures n'y ont pas encore droit. Aucune surtaxe sur les appels vers les autres opérateurs n'est prévue, contrairement à SFR qui en guise de compensation facture ces appels 0,12 euro la minutes (soit 0,002 la seconde) et Orange 0,13 euro. Difficile de dire quelle offre sera la plus intéressante. Car si Bouygues a banni la surtaxe, il a en revanche choisi d'augmenter de manière forfaitaire l'abonnement aux factures à la seconde de 3 euros. Bouygues a également opté comme Orange pour la facturation à la seconde dès le début de la communication. Pas SFR, qui l'applique après la première minute.L'utilisateur fera-t-il des économies? Pas facile de le savoir. Avant d'opter pour les nouvelles offres, les abonnés devront s'adonner à de savants calculs. Mes communications sont elles longues, courtes? Mes contacts utilisent-ils le même opérateur que moi? C'est seulement en répondant à ces questions qu'ils pourront choisir la meilleure offre.Pour réclamer la facturation à la seconde, l'UFC-Que Choisir assurait que le mode de calcul par pallier de 20 ou 30 secondes ou à la minute augmentait en moyenne le temps facturé de 15 à 30%. Cette méthode n'a pas cours dans les autres pays européens, avançait l'UFC-Que Choisir. Peut-être. Mais les autres opérateurs européens appliquent des taxes sur des services particuliers, ce qui ne rend pas forcément moins chers les tarifs de téléphonie mobile à l'étranger. D'ailleurs, pour répondre aux attaques de l'UFC-Que Choisir, Orange assurait que sa facture était en moyenne 20% moins chère qu'ailleurs en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :