Faute de mieux, AMD et Intel jouent l'innovation

 |  | 459 mots
Lecture 2 min.
Alors que les industriels du secteur doutent de la réalité de la reprise sur le marché des PC (lire ci-contre), Intel et AMD n'entendent pas ralentir le rythme de l'innovation. C'est en tout cas le message que les deux principaux producteurs mondiaux de microprocesseurs pour PC entendent visiblement transmettre au travers de la présentation de leurs dernières avancées technologiques. A quelques heures d'intervalle, Intel et AMD ont donc annoncé des projets à court ou moyen terme susceptibles de donner un coup de fouet à leurs marchés, voire d'en ouvrir de nouveaux. Intel, le numéro un mondial, a ainsi annoncé que les prochains modèles de sa gamme de processeurs Pentium 4 bénéficieraient de la technologie "d'hyperthreading". Celle-ci permet d'augmenter le rendement d'une puce en dédoublant, lors de l'utilisation de certaines applications, le nombre d'instructions exécutées par chaque transistor à chaque cycle d'horloge. Les puces bénéficiant de cette technologie ont donc, à nombre de transistors égal, un "rendement" supérieur. Déjà utilisé pour les puces dédiées aux serveurs, l'hyperthreading promet un gain en performance de 25% sous Windows, assure Intel.La puissance est également la priorité chez AMD : l'éternel challenger d'Intel a annoncé de son côté avoir produit des transistors "double gate" (littéralement "à double entrée") de dix nanomètres de longueur, soit "six fois plus petits que les plus petits transistors aujourd'hui en production". AMD estime que cette technologie, qui double la puissance électrique circulant dans les transistors, peut permettre de décupler la puissance des puces. Au-delà, Intel a présenté, en partenariat avec VeriSign, une initiative baptisée du nom de "LaGrande Technology" qui permettra d'incorporer aux processeurs de la prochaine génération - soit théoriquement dès la fin 2003 - des fonctions de sécurité assumées jusqu'à présent par des logiciels, notamment en matière de lutte antivirus ou de sécurisation des données.Ces deux dernières annonces ne s'accompagnent cependant pas de calendrier précis de mise sur le marché des produits utilisant ces technologies. Tout dépendra sans nul doute de la vitesse à laquelle se redressera le marché des ordinateurs personnels. L'optimisme des industriels du secteur sur l'adoption des nouvelles technologies leur a déjà causé nombre de déconvenues. Comme le rappelle aujourd'hui la décision prise par le taiwanais TSMC, n°1 mondial de la sous-traitance de puces, de diviser par deux ses prévisions de production de galettes de silicium de 300 millimètres de diamètre. Cette nouvelle génération de "wafers", destinée à remplacer les galettes de 200 mm, permet de réduire les coûts de production. Mais son attrait ne résiste manifestement pas à la déprime persistante du marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :