Le haut débit confirme sa percée aux Etats-Unis

 |  | 237 mots
Le basculement vers le haut débit de l'accès Internet a franchi en janvier une étape décisive, selon la dernière étude publiée par l'institut Nielsen/NetRatings : pour la première fois, le nombre d'heures passées en ligne par des internautes disposant d'un accès haut débit a dépassé celui des abonnés à un accès bas débit. Une avance courte mais significative : avec 1,19 milliard d'heures consommées en janvier, l'Internet rapide a accaparé 51% du total des heures de connexion, contre 38% seulement en janvier 2001. Il affiche ainsi une progression de 64% sur un an, tandis que la consommation à bas débit recule de 3%, à 1,14 milliard d'heures. Nielsen/NetRatings a recensé en janvier 21,9 millions d'internautes haut débit à domicile (+67% sur un an), représentant 21% du total de la population connectée au Web. Les utilisateurs à haut débit depuis leur lieu de travail étaient 25,5 millions (+42%), soit 63% du nombre des internautes au bureau. Alors que les commentaires sur la progression de l'accès haut débit étaient, ces derniers temps, plutôt négatifs, les acteurs du marché jugeant sa pénétration décevante par rapport aux attentes formulées depuis deux ans, Nielsen/NetRatings continue d'afficher son optimisme : "de plus en plus, les modèles économiques en ligne seront construits et commercialisés en fonction des internautes haut débit", souligne ainsi Jarvis Mak, l'un des analystes Internet du groupe. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :