France Télécom cède Casema à Liberty Media

 |  | 431 mots
Lecture 2 min.
Les cessions d'actifs se poursuivent pour France Télécom. Après la vente de TDF conclue il y a à peine quelques jours, et la sortie définitive du capital de STMicroelectronics, l'opérateur historique français vient de confirmer les informations publiées ce matin par La Tribune en annonçant officiellement la cession du câblo-opérateur néerlandais Casema à l'américain Liberty Media. Prix de la transaction : 750 millions d'euros, réglés en cash. La vente sera finalisée avant la fin du mois d'octobre, une fois obtenu l'aval des autorités de la concurrence. La somme engrangée par le groupe de Michel Bon servira d'une part à solder la dette bancaire de Casema, qui s'élevait à 190 millions d'euros au 30 juin 2002, et d'autre part, à rembourser les avances en compte courant consenties à FT par l'opérateur néerlandais. A l'origine, l'opération devait être bouclée avant la fin du mois de juin. La transaction ne signe pas le retrait de France Télécom aux Pays-Bas. L'opérateur y est encore présent à travers trois entités: Dutchtone, contrôlé par Orange, Euronet Internet, filiale de Wanadoo, et Equant, pour le service aux entreprises. Il est d'ailleurs prévu qu'Euronet Internet signe un contrat à long terme avec Casema pour la fourniture d'accès à travers son réseau câblé. Pour Liberty Media, le rachat de Casema, qui détenait 1,3 million d'abonnés fin décembre, va lui permettre de se renforcer aux Pays-Bas, où se trouve déjà le siège de sa filiale United Pan-Europe Communications (UPC). La vente de Casema s'inscrit dans le cadre de la politique de cession d'actifs non stratégiques entreprise par l'opérateur historique français, qui croule sous une dette de 60 milliards d'euros. Les opérations de ce type se sont multipliées ces derniers temps. Le groupe a finalisé cette semaine son retrait de ST Microelectronics, dans lequel il détenait encore 2,7%. L'opération va lui rapporter environ 500 millions d'euros. Le retrait total du fabricant franco-italien de semi-conducteurs, dont il était encore actionnaire à hauteur de 10,7% fin 2001, lui a permis d'engranger au total de 3 milliards d'euros.Quelques jours plus tôt, l'opérateur avait officialisé sa sortie de Télédiffusion de France (TdF). En vendant 65% du capital à des investisseurs financiers, l'opérateur a récupéré 1,5 millliard d'euros. Les cessions d'actifs ne sont certainement pas terminées. L'opérateur doit encore vendre ses participations dans Noos, l'italien Wind, Eutelsat, Numéricable ou encore l'auto-contrôle.Le titre perd 2,93% en fin de séance à 14,27 euros en début de séance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :