WorldCom pourrait supprimer 10% de ses effectifs

WorldCom continue de pâtir de l'effet du ralentissement de la demande dans le secteur des télécoms. Résultat: le deuxième opérateur longue distance américain serait sur le point de couper une nouvelle fois dans ses effectifs, selon le Wall Street Journal. Avec à la clef, cette fois, la suppression de 10% de ses 75.000 postes, croit savoir le quotidien américain. Les employés concernés devraient se voir proposer une indemnité allant de six semaines à six mois de salaire.Ce ne serait en tout cas pas la première fois que WorldCom brandit l'arme du licenciement. Le groupe a déjà supprimé quelque 9.000 postes. La mesure devrait concerner à la fois la branche de transmission de données, WorldCom Group, et l'activité de téléphonie longue distance, regroupée sous la bannière MCI Group. A l'instar d'autres opérateurs de réseau Internet, WorldCom Group a dû drastiquement baisser les prix en raison des surcapacités du marché. De son côté, MCI doit actuellement faire face à la baisse continue de la demande qui affecte le marché de la téléphonie longue distance.Après avoir publié des résultats 2001 décevants, WorldCom, endetté à hauteur de 30 milliards de dollars, ne s'est pas montré très optimiste pour 2002. Le groupe table pour sa branche WorldCom Group sur une hausse de 5% du chiffre d'affaires, contre 10% auparavant. Du coup, le résultat net devrait d'établir entre 75 et 80 cents par action, au lieu des 95 cents précédemment prévus par Wall Street. La branche MCI Group n'est pas en reste. L'opérateur télécoms devrait voir son revenu baisser d'environ 15% au premier semestre et de 10 à 15% au second semestre. Par ailleurs, le groupe est actuellement dans le collimateur de la SEC (la COB américaine), qui a ouvert une enquête sur ses comptes. Depuis début mars, le gendarme américain tente entre autres de savoir si le groupe de télécoms a artificiellement gonflé son chiffre d'affaires en concluant des "swaps" de capacités avec d'autres opérateurs. En parallèle, la SEC examine certaines provisions passées au troisième trimestre 2000 et les prêts exorbitants accordés au PDG, Bernard Ebbers, pour un montant total de 375 millions de dollars.En début de séance à Wall Street, l'action WorldCom perdait 2,8% à 6,59 dollars.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.