Apple compte sur le nouvel iMac pour repartir

La saison des fêtes ne semble pas avoir beaucoup profité au constructeur informatique de Cupertino. Pour le premier trimestre de son année fiscale 2002, Apple a annoncé hier un chiffre d'affaires de 1,38 milliard de dollars et un bénéfice net de 38 millions de dollars (soit 11 cents par action). Des résultats qui sont comparables aux trois mois précédents, mais bien meilleurs que l'année passée où le constructeur avait annoncé ses premières pertes (81 millions de dollars) en quatre ans pour un chiffre d'affaires de 1 milliard seulement. Mais ce bon résultat inquiète fortement les analystes financiers. Car les trois périodes de ventes en question comprennent Thanksgiving, Noël et le Jour de l'An, périodes les plus prolifiques de l'année en termes de ventes pour le fabricant. Et pour Apple, elle n'a pas été mirifique. « On pense que les consommateurs qui avaient décidé d'acheter un Mac pendant la saison des fêtes ont préféré retarder leur achat, afin d'attendre la sortie des nouveaux iMac, lancés au début janvier. D'autre part, bien que les ventes des PC grand public se soient révélées meilleures que prévu pendant les fêtes, elles étaient surtout concentrées sur des machines à moins de 1.000 dollars. Un segment de marché qui n'est pas une priorité pour Apple », souligne Steve Fortuna de Merrill Lynch.Tous les regards sont donc tournés vers le nouvel iMac qui ressemble à une lampe de chevet. « On a beaucoup appris de l'échec du Mac Cube (le précurseur du nouvel iMac). Bien que très compact, il était aussi trop cher. Une erreur que nous n'avons pas faite avec le iMac à écran plat », explique Pascal Cagni, le vice-président d'Apple pour l'Europe. La faible disponibilité du produit, notamment les versions bas de gamme, pourrait cependant avoir des conséquences négatives sur le trimestre en cours. « Apple a introduit son nouvel iMac au plus mauvais moment: après les fêtes, et pendant une saison traditionnellement creuse. De plus, Apple entend commercialiser les versions les plus économiques courant mars, ce qui n'arrange rien », remarque Steve Fortuna. Ce constat conduit les analystes à prévoir des ventes pour le deuxième et le troisième trimestres fiscal 2002 à la baisse, à 1,266 et 1,297 milliard de dollars respectivement pour des bénéfices nets compris entre 20 et 30 millions de dollars.Le risque d'un gonflement des stocks est toujours présent. Car avec un marché grand public incertain, une économie américaine légèrement sur la reprise, et malgré des taux d'intérêt au plus bas et une inflation maîtrisée, le fabricant dispose toujours de peu de visibilité. Toutefois, Apple pourra compter sur ses propres boutiques, au nombre de 27 aujourd'hui, pour dynamiser ses ventes et augmenter sa part de marché, qui est de l'ordre de 3 % environ dans le monde.A New York, le titre Apple gagne 5,97% à l'ouverture des marchés à 22,02 dollars.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.