Bertelsmann renonce à racheter les minoritaires de RTL Group

 |  | 455 mots
Lecture 2 min.
Plutôt renoncer que surenchérir : Bertelsmann a tranché, il ne lancera finalement pas d'offre publique d'achat sur le solde du capital de RTL Group qu'il ne possède pas encore. Les actionnaires minoritaires du groupe luxembourgeois, qui jugeaient insuffisant le prix proposé par le géant de Gütersloh, restent donc propriétaires de leurs titres. Bertelsmann entendait pourtant régler le dossier rapidement, après le rachat en décembre, pour 1,5 milliard d'euros (44 euros par action), des 22% de RTL Group détenus depuis un peu plus d'un an par le britannique Pearson. Monté alors à 89% dans le capital (et à 90,2% aujourd'hui après des rachats sur le marché), il souhaitait mettre la main sur le solde en offrant le même prix dans le cadre d'une OPA. C'était sans compter sur l'opposition des minoritaires, emmenés par l'association de défense Investas (lire ci-contre). Celle-ci soutenait que le prix de 44 euros obtenu par Pearson n'était acceptable qu'en raison des conditions très favorables consenties au groupe anglais lors de son entrée dans le capital de RTL Group, en juillet 2000. "Bertelsmann a étudié depuis décembre si une offre de 44 euros par action aux conditions convenues avec Pearson était possible", écrit aujourd'hui le groupe allemand dans un communiqué, expliquant être parvenu "à la conclusion, après ces discussions, qu'une offre dans de telles conditions était irréaliste". D'autant plus irréaliste que l'accord avec Pearson prévoit le versement d'un dédommagement au Britannique si un autre actionnaire obtient un meilleur prix de ses actions d'ici 18 mois. A Londres, la direction de RTL Group a indiqué après l'annonce de Bertelsmann qu'elle continuerait à gérer la société en respectant "les intérêts de tous les actionnaires". RTL "a hâte de renforcer encore ses positions leader dans la télévision, la radio et la production", assure-t-elle. Rassemblant 23 chaînes de télévision et 14 stations de radio dans huit pays, RTL Group est déjà le plus gros producteur mondial de films télévisés après Hollywood. Bertelsmann en était devenu l'actionnaire majoritaire en février 2001 lors d'un échange de participations avec Groupe Bruxelles Lambert (GBL). Bertelsmann avait alors récupéré les 30% de GBL dans RTL, portant sa part dans le groupe de télévision à 67%. En échange, les fondateurs de GBL, les milliardaires belges Albert Frère et Paul Desmarais ont obtenu une minorité de blocage de 25,1% dans Bertelsmann. Depuis lors, les dirigeants du groupe allemand ont pris des mesures pour favoriser la coordination entre leurs différentes activités (télévision, radio, édition musicale, presse et édition, commerce électronique...), en créant notamment un comité exécutif auquel appartient Ewald Walgenbach, co-directeur de RTL Group.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :