Nokia maintient son objectif de rentabilité malgré des ventes décevantes

 |  | 566 mots
Lecture 3 min.
Le marché reste tendu mais la rentabilité est toujours au rendez-vous : Nokia, leader mondial du marché du mobile, a confirmé les tendances qui affectent l'ensemble du secteur depuis bientôt deux ans. Le groupe finlandais vient en effet de réaffirmer ses prévisions de résultats pour le troisième trimestre, s'offrant même le luxe de viser un bénéfice par action dans le haut de la fourchette évoquée jusqu'à présent, soit 0,15 à 0,17 euro.Les ventes mondiales sur la période, elles, devraient se situer entre 7,1 et 7,4 milliards d'euros, contre 7 milliards au troisième trimestre de l'an dernier, et 6,935 milliards au deuxième trimestre de cette année. Nokia semble donc bien en avoir terminé avec la baisse des ventes entamée au deuxième trimestre 2001. Mais cette nouvelle prévision est en retrait par rapport aux 7,2 à 7,6 milliards anticipés jusqu'à présent. Les analystes financiers estiment en moyenne le chiffre d'affaires du troisième trimestre à 7,23 milliards d'euros selon l'agence AFX. Soit au milieu de la nouvelle fourchette fournie par Nokia.Les ventes de combinés mobiles devraient enregistrer une hausse de 4 à 9% en rythme annuel et la marge d'exploitation de la division devrait être supérieure ou égale aux 20% prévus par le groupe pour l'ensemble du second semestre. Nokia souligne avoir profité d'un "rebond général de la demande, particulièrement en Europe, au cours des deux premiers mois du trimestre" et met en avant le bon démarrage de ses nouveaux modèles, notamment le 7650, qui permet l'envoi et la réception d'images.Au final, même si sa part de marché demeure stable sur le trimestre, le groupe présidé par Jorma Olilla devrait afficher des prix de vente moyens en hausse, signe que l'intensification du calendrier de lancement - 30 nouveaux produits cette année, dont 22 déjà lancés, contre 14 en 2001 - porte ses fruits. Au-delà, Nokia se dit "de plus en plus confiant" dans sa prévision concernant le marché mondial des combinés, pour lequel il anticipe 400 millions d'unités en 2002, un pronostic jugé optimiste par bon nombre d'analystes.En revanche, le marché des équipements reste tendu : constatant que "les investissements des opérateurs montrent des baisses plus importantes que prévu", Nokia prévient que les ventes de sa division Networks devraient accuser un recul de 5% sur le trimestre. La faiblesse persistante du marché du GSM n'est toujours pas compensée par le décollage du marché des équipements WCDMA : pour Nokia, celui-ci générera ses toutes premières ventes sur le trimestre, de l'ordre de 500 millions d'euros, "à condition que les objectifs technologiques fixés soient atteints avant la fin du trimestre", concède le groupe. La marge d'exploitation de la branche Networks (qui a récemment annoncé 900 suppressions d'emplois) ne devrait pas dépasser 5% sur la période. Par ailleurs, Nokia indique avoir conclu un accord avec France Télécom sur la conversion du prêt-fournisseur consenti à MobilCom. Cet accord conduira le Finlandais à inscrire dans ses comptes une provision pour dépréciation de 300 millions d'euros et "à annuler tout autre engagement de financement envers MobilCom", réduisant ainsi ses engagements fournisseur de 530 millions d'euros supplémentaires. A la Bourse d'Helsinki, l'action Nokia cédait 1,30% en fin d'après-midi à 13,98 euros. A Paris, le titre clôturait en repli de 0,21% à 14,02 euros. Parmi les autres grandes valeurs de télécoms, Alcatel abandonnait 2,03% à 4,35 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :