Intel ajuste légèrement à la hausse ses prévisions d'activité

 |  | 403 mots
Prudence. Intel, dont les prévisions sont toujours regardées avec attention par les marchés, n'a pas fait de folie au moment d'actualiser ses estimations pour le premier trimestre de son exercice 2002. Le groupe américain a resserré sa fourchette de prévisions de chiffre d'affaires par rapport à celle dévoilée en janvier, en la poussant toutefois un peu vers le haut. Intel, qui s'attendait pour le premier trimestre à des ventes comprises entre 6,4 et 7 milliards de dollars, indique désormais compter sur un chiffre d'affaires compris entre 6,6 et 6,9 milliards de dollars. Dans le meilleur des cas, les ventes du premier trimestre seraient donc en retrait de 1,4% par rapport au dernier trimestre de 2001, et de 5% dans l'hypothèse basse. Ce recul n'aurait rien d'étonnant dans la mesure où la fin d'année, avec les fêtes de Noël, est traditionnellement faste pour les ventes d'ordinateurs tandis que le premier trimestre est généralement en retrait. Par rapport au premier trimestre 2001, les ventes ressortiraient quasiment stables puisque l'an dernier, sur les trois premiers mois de l'année, Intel avait réalisé un chiffre d'affaires de 6,7 milliards de dollars.Dans de très courts commentaires, Intel précise que les ventes de microprocesseurs pour PC s'inscrivent dans la normale saisonnière tandis que celles des semi-conducteurs pour le secteur des télécommunications restent faibles. Seul point légèrement plus positif qu'attendu : Intel réitère sa prévision de marge brute pour le premier trimestre mais indique qu'elle pourrait dépasser le point moyen de la fourchette fournie précédemment, à savoir 50%, contre 51% au quatrième trimestre 2001. Mais les commentaires ne vont pas plus loin : dans son communiqué comme dans la conférence téléphonique organisée pour les analystes financiers, les dirigeants du groupe se sont gardé de faire le moindre pronostic pour le deuxième trimestre. Andy Bryant, le directeur financier, a simplement précisé qu'il ne voyait aucune raison pour que le deuxième trimestre ne subisse l'influence des facteurs saisonniers habituels ; or Intel voit généralement son chiffre d'affaires reculer de 2 à 3% entre le deuxième et le troisième trimestre.Andy Bryant a par ailleurs souligné qu'Intel n'observe pour l'instant aucun mouvement indiquant que les entreprises ont commencé à renouveler leurs parcs de PC, souvent achetés avant le passage à l'an 2000. Sur le Nasdaq, l'action Intel gagnait 2,91% à la mi-séance vendredi à 33,94 dollars. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :