Les dirigeants de WorldCom convoqués par le Congrès

Après l'affaire Enron, le Congrès américain a décidé de prendre à bras le corps le scandale financier de WorldCom. Deux commissions de la Chambre des Représentants ont demandé aux principaux dirigeants concernés par les malversations financières de l'opérateur de venir s'expliquer directement. La commission des Services financiers de la Chambre a convoqué le 8 juillet prochain le nouveau PDG John Sidgmore et l'ancien dirigeant et fondateur du groupe, Bernie Ebbers. Ce dernier a démissioné en mai dernier suite à l'enquête de la SEC ouverte en mars 2002. Le gendarme américain voulait non seulement examiner les comptes de l'opérateur mais également en savoir plus sur les 375 millions de dollars de prêts octroyés par le groupe à Bernie Ebbers. Une somme en partie réinvestie en titres maison.Autre invité à l'audience: Scott Sullivan, le directeur financier du groupe mis à pied il y a deux jours, au moment où WorldCom a annoncé les irrégularités comptables. Enfin, la commission recevra Jack Grubman, analyste chez Salomon Smith Barney. Quelques jours avant l'éclatement du scandale, il avait dégradé WorldCom, après n'avoir cessé de chanter ses louanges. "C'est bien la preuve que certains membres de la profession n'ont plus d'éthique", a estimé Michael Oxley, le président de la commission.Parallèlement, la commission du Commerce et de l'Energie, qui avait enquêté sur Enron, a envoyé une lettre à WorldCom demandant de lui fournir le maximum de dossiers et d'archives, ainsi que l'ensemble des rapports d'audit et comptes rendus de réunions depuis 1997.A la réunion du G8 à Kananaskis au Canada, George W. Bush s'est dit inquiet des conséquences économiques des scandales financiers qui affectent les entreprises américaines. Il a demandé aux dirigeants dans leur ensemble de "révéler à la fois tout l'actif et le passif et de traiter actionnaires et salariés avec respect". Le PDG de WorldCom a assuré vendredi au Président que la direction actuelle était tout aussi surprise et outragée que lui.Mardi soir, WorldCom a déclaré avoir découvert pour 3,85 milliards de dollars d'irrégularités comptables, une somme qui a gonflé le chiffre d'affaires et le cash-flow. Sans cette somme, l'opérateur aurait publié, selon la SEC, une perte de 1,22 milliard de dollars en 2001 et non pas un bénéfice de 1,38 milliard de dollars comme cela a été le cas.La SEC qui enquête sur les comptes du groupe depuis début mars a porté plainte hier auprès du Tribunal de New York. La révélation des irrégularités comptables devrait précipiter WorldCom vers la faillite. En manque d'argent frais, l'opérateur, endetté à hauteur de 30 milliards de dollars, cherchait un crédit de 5 milliards de dollars. Selon des sources, la somme serait impossible à trouver dans la situation actuelle. Une source proche du dossier citée par Reuters révèle que la société aurait embauché Blackstone Group, spécialisé dans les restructurations, ainsi qu'un cabinet spécialisé dans les dépôts de bilan.Devant ces rumeurs, John Sigdmore a assuré vendredi que WorldCom "était en consultation étroite avec ses banques pour garantir de nouvelles lignes de crédit". L'opérateur veut vendre pour 1 milliard de dollars d'actifs non stratégiques, et faire pour 1 milliard d'économies.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.