France Télécom demande à Mobilcom de revoir sa copie sur l'UMTS

 |  | 514 mots
Lecture 2 min.
Le bras de fer continue entre France Télécom/Orange et Mobilcom par communiqués interposés. L'opérateur français, détenteur de 28,5% des parts de l'Allemand, publie lundi matin un communiqué réaffirmant que son soutien financier pour la mise en place de l'UMTS en Allemagne est soumis à l'approbation du modèle économique imaginé par Mobilcom. Régi par un accord cadre, le soutien financier est "subordonné à l'accord mutuel entre France Télécom/Orange et M. Schmidt [le patron de Mobilcom] sur des points fondamentaux incluant le business plan et le budget de Mobilcom", précise le communiqué. Le groupe français assure qu'à ce jour aucun accord n'a été conclu ni sur le budget ni sur le modèle économique. Il précise avoir déjà demandé à Mobilcom de revoir sa copie pour lui présenter un modèle économique viable, faisant apparaître des économies substantielles en matière d'investissements. Ainsi, Mobilcom doit encore présenter un plan tenant compte de l'évolution du marché des mobiles ces deux dernières années, précise encore l'opérateur français.En tout cas, le désaccord a déjà provoqué la démission d'un membre du directoire de Mobilcom, Vianney Hennes, qui, en tant qu'ancien salarié de France Télécom, se trouvait dans une situation délicate vis à vis du groupe allemand.De son côté, Gerhard Schmidt reproche à son partenaire France Télécom d'investir insuffisamment dans l'UMTS en Allemagne, a indiqué son patron lundi dans le Süddeutsche Zeitung, accusant l'opérateur français de prendre pour excuse des problèmes techniques qui retarderaient le lancement allemand. Or, "nous ne voulons pas que notre projet à long terme en Allemagne dépende de considérations techniques à court terme de France Télécom", a ajouté Gerhard Schmidt. Ainsi, MobilCom va inciter France Télécom à lui présenter dans deux semaines au plus tard un plan sur sa stratégie d'investissement dans l'UMTS. Mobilcom a indiqué qu'il voulait investir 1,4 milliard d'euros dans la recherche de produits, la technique et la publicité pour le lancement de l'UMTS en Allemagne d'ici 2003 et qu'il pouvait exercer son option de vente de 33% de ses propres actions à France Télécom si le groupe français "ne tenait pas son engagement de soutenir [le groupe] dans l'UMTS". De toutes façons, la somme que veut investir Mobilcom paraît trop lourde aux yeux de l'opérateur français qui estime qu'une centaine de millions d'euros est une somme suffisante. Samedi, Süddeutsche Zeitung évoquait une lettre de France Télécom remise à l'Office allemand de régulation des télécoms, dans laquelle l'opérateur s'engageait financièrement à soutenir la construction du nouveau réseau à hauteur de 10 milliards d'euros, en plus des 8,4 milliards déboursés pour l'achat de la licence.A Paris, le titre France Télécom, qui a encore perdu 5,83% vendredi en raison du désaccord avec Mobilcom, chute de 1,39% à 29,78 euros en fin d'après-midi, tandis qu'Orange perd 5,39% à 6,84 euros. Sur le Neuer Markt, Mobilcom perd 5,76% à 16,70 euros.latribune.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :