Nokia confirme la baisse de ses ventes

Très attendue, l'actualisation des prévisions de résultats trimestriels de Nokia contient, comme prévu, des mauvaises nouvelles : le premier fabricant mondial de combinés mobiles confirme la déception redoutée en termes de chiffre d'affaires. Mais il s'efforce de faire bonne figure en maintenant son objectif de résultat par action, grâce notamment à une marge stable dans les combinés, et assure continuer à gagner des parts de marché. Sur le trimestre, les ventes du groupe devraient afficher un recul global de 2 à 6% sur un an, pour revenir dans une fourchette de 6,9 à 7,2 milliards d'euros (contre 7,346 milliards sur la période correspondante de l'an dernier). Cette estimation n'exclut donc pas un recul des ventes par rapport au premier trimestre 2002, puisque le chiffre d'affaires avait atteint 7,014 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année. La division Mobile Phones (combinés mobiles) devrait afficher au pire une stabilité de ses ventes, au mieux une croissance de 4%, précise Nokia. Mais la situation se dégrade surtout dans la division Networks (équipements de réseaux) dont les ventes devraient accuser un recul situé entre 20 et 25%, au lieu des 5 à 10% attendus jusqu'à présent. Le Finlandais met une nouvelle fois en avant "les investissements prudents des opérateurs clients" pour expliquer cette déception. Malgré cette persistance de la morosité, l'objectif de résultat par action pour le trimestre est maintenu entre 0,18 et 0,20 euro, contre 0,17 euro sur la même période l'an dernier. En outre, Nokia table sur une part de marché mondial de 38% pour les combinés mobiles. Une pénétration qui serait donc en hausse par rapport au premier trimestre et par rapport à l'an dernier. Le groupe table sur une croissance de 5% des ventes mondiales en volume, qui devraient donc atteindre 93 millions d'unités. Lors d'une conférence téléphonique, le directeur financier Olli-Pekka Kallasvuo a souligné que les prix de vente moyens des combinés sont en baisse, en raison de la part croissante des produits bon marché dans le chiffre d'affaires. Il n'a cependant pas précisé l'ampleur de cette baisse et a prédit une remontée des prix de ventes dans les prochains mois à la faveur du lancement de modèles de troisième génération. Le groupe présidé par Jorma Olilla estime que sa marge d'exploitation dans les combinés devrait donc se maintenir au dessus de 20%. Elle avait atteint 20,7% sur les trois premiers mois de l'année. Nokia avait déjà modéré ses ambitions mi-avril, lors de la présentation des résultats financiers pour les trois premiers mois de l'année : il ne tablait alors plus que sur une croissance de 2 à 7% de ses ventes annuelles, au lieu des 10% et plus attendus en janvier. Le groupe en avait profité pour revoir à la baisse son estimation du marché mondial des combinés mobiles en 2002, ramenant la fourchette de ses estimations entre 400 et 420 millions d'unités, au lieu des 420 à 440 millions attendus jusqu'alors. Depuis, l'horizon a encore été rabaissé : la semaine dernière, le PDG d'Ericsson évoquait des ventes mondiales 2002 légèrement supérieures à 400 millions de combinés. Et la banque américaine Merrill Lynch a ramené hier son pronostic à 385 millions. La réaction des investisseurs aux informations publiées par Nokia s'est opérée en deux temps : à Paris, le titre a chuté immédiatement après la publication du communiqué, perdant jusqu'à 8,3% . Il a regagné ensuite le terrain perdu, repassant dans le vert à la mi-journée pour clôturer en hausse de 6,71% à 14,15 euros. Ericsson, valeur la plus exposée au marché des équipements de réseaux, a terminé stable à 2,06 euros, tandis qu'Alcatel gagnait 1,47% à 11,04 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.