Le réseau électrique aidera au déploiement du haut débit

 |   |  473  mots
Le CIADT (Comité interministériel sur l'aménagement et le développement du territoire) l'avait décidé en juillet dernier à Limoges. La mise en oeuvre se prépare désormais : le Réseau de transport d'électricité (RTE) pourra bientôt être mis à contribution pour faciliter le déploiement sur tout le territoire d'accès Internet à haut débit. En clair, les pylônes EDF plantés dans les campagnes "pourront être utilisés pour permettre un déploiement plus rapide et moins coûteux d'infrastructures accessibles aux opérateurs", expliquent dans un communiqué les services du Premier ministre. Mettant ainsi les 75.000 kilomètres du réseau électrique à haute et très haute tension au service de l'Internet rapide pour tous, pour un coût trois fois inférieur à celui d'une pose en souterrain, en permettant la pose de fibres optiques autour des câbles électriques. Deux mille kilomètres de lignes électriques sont déjà équipés ainsi et le RTE vise un objectif de 15.000 km d'ici cinq ans. L'enjeu de la décision est loin d'être négligeable : actuellement, à peine plus de 20% du territoire français bénéficient d'un accès haut débit, pour l'essentiel de grandes ou moyennes agglomérations. Mais le recours au RTE ne résoudra qu'une partie du problème de la desserte en haut débit des zones non couvertes : les réseaux à haute et très haute tension s'arrêtant généralement à cinq kilomètres des agglomérations, ils ne permettent pas de poser les fibres optiques nécessaires au haut débit jusqu'à l'utilisateur final. Il faudra donc trouver des financements pour les lourds investissements nécessaires à la construction du "dernier kilomètre". La première phase de la mise en oeuvre de cette décision est entamée, explique Matignon, le RTE ayant déjà signé des accords avec les régions Alsace, Réunion, Midi-Pyrénées et Limousin, les départements de la Loire, du Maine-et-Loire, de la Manche, de l'Orne, des Pyrénées-Atlantiques et de la Nièvre, ainsi que plusieurs communautés de communes. Au total, précise l'entourage de Lionel Jospin, 110 projets d'infrastructures de télécommunications élaborés par des collectivités locales ont déjà été recensés. Avant la publication au Journal officiel d'une circulaire sur l'organisation juridique et financière de ces projets, Matignon a ouvert une consultation publique d'un mois. En ligne, bien sûr, sur le site www.internet.gouv.fr.Le CIADT de Limoges avait été l'occasion pour le gouvernement de présenter un programme d'investissements de 1,5 milliard d'euros sur cinq ans pour le comblement du "fossé numérique", comprenant également des aides à l'achèvement de la couverture du territoire par les réseaux de téléphonie mobile (lire articles ci-contre).latribune.fr, avec AFP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :