Matsushita table sur un déficit record pour l'exercice en cours

Chez Matsushita Electric Industrial, quand on émet un "profit warning", on n'y va pas de main morte. Le géant japonais a indiqué ce matin que sa perte pour l'ensemble de l'exercice 2001-2002 (clos fin mars) ne serait pas de 265 milliards de yens comme précédemment annoncé mais de 438 milliards de yens (3,77 milliards d'euros). Pour expliquer cette révision drastique de ses prévisions, Matsushita, numéro un mondial de l'électronique grand public et fabricant de la marque Panasonic, a insisté sur la persistance d'un climat mondial défavorable dans les technologies de l'information et des charges de restructuration supplémentaires pour le groupe. Au vu des chiffres de l'activité de Matsushita sur les neuf premiers mois de l'année, ce "profit warning" semblait inévitable. Le groupe affiche en effet pour cette période une perte nette de 241,5 milliards de yens (2,08 milliards d'euros).La prévision pour les ventes annuelles a été maintenue mais elles devraient reculer de 11% pour atteindre 6.800 milliards de yens. Sur les trois premiers trimestres de l'exercice, le chiffre d'affaires a déjà reculé de 11% à 5.122,08 milliards. Au cours du seul troisième trimestre, le groupe a vu ses ventes chuter de 13% au niveau mondial, ce qui s'est traduit par une perte nette trimestrielle de 172 milliards de yens contre un bénéfice net de 22,8 milliards un an plus tôt. Matsushita met ces mauvais résultats sur le compte de "la détérioration de l'environnement économique mondial et les surcapacités persistantes dans l'industrie des technologies de l'information ainsi qu'un marché déprimé au Japon". Le groupe a souligné qu'à côté d'un début de reprise aux Etats-Unis, le marché japonais a vu une stagnation de la demande et une baisse des investissements des entreprises alors que les économies asiatiques et européennes s'affaiblissaient. Au troisième trimestre, le groupe a subi une perte d'exploitation de 69,7 milliards de yens contre un profit de 59,4 milliards de yens il y a un an. Matsushita explique cet effondrement par une baisse des ventes, notamment d'équipements de télécommunication comme les téléphones portables ainsi que de composants et équipements de technologies de l'information. "Les efforts de la compagnie pour réduire ses coûts fixes ainsi que les prix d'achats de pièces et composants n'ont pas été suffisants pour compenser les facteurs négatifs", dans un contexte de compétition intense sur les prix, selon le groupe. Matsushita a en outre été pénalisé par des frais de restructuration accrus liés notamment à la mise en place de programmes de départs anticipés et volontaires. D'après le groupe, 13.000 salariés ont accepté ainsi de quitter l'entreprise, ce qui implique une charge de 166 milliards de yens imputable sur les comptes 2001-2002.Pour l'avenir, à savoir l'exercice 2002-2003, Matsushita espère réaliser un chiffre d'affaires en hausse de 5% par rapport aux 6.800 milliards de yens qu'il devrait engranger sur l'ensemble de l'exercice clos en mars."Nous tablons pour le prochain exercice sur un retour rapide aux bénéfices grâce à la croissance de nos ventes de combinés mobiles , de composants et de produits audio et vidéos", a précisé le directeur du groupe, Tetsuya Kawakami. Matsushita entend également dégager un bénéfice d'exploitation de 188 milliards de yens. Il veut paralèllement réduire ses coûts de 120 milliards de yens. Le groupe espère que les restructurations engagées permettront de contribuer à hauteur de 237 milliards de yens au bénéfice opérationnel de l'exercice à venir.         latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.