Paris poursuit sa chute, France Télécom à un nouveau plus bas

Les valeurs françaises sont en net repli à mi-séance, dans un marché qui ne parvient pas à se trouver de raison de monter. La mise en garde de Nokia, qui succède aux avertissements de plusieurs grands noms de la technologie américaine, pèse notamment sur Alcatel et STMicroelectronics, tandis que TotalFinaElf recule avec les cours du brut. De son côté France Télécom est affecté par la vente par Deutsche Telekom de sa participation dans l'opérateur français. A midi, le CAC 40 abandonnait 1,49% à 3.876,94points. Fait inquiétant, ce recul s'effectue dans un marché particulièrement actif avec plus de 1,8 milliard d'euros échangés sur les valeurs de l'indice.Le moral des investisseurs est par ailleurs affecté par le regain des tensions au Proche-Orient, ainsi que par les craintes d'attentats aux Etats-Unis. C'est dans ce contexte que les marchés attendent cinq indicateurs américains cet après-midi : les inscriptions hebdomadaires au chômage, le commerce extérieur et les comptes courants d'avril, l'indice des indicateurs avancés de mai et l'indice de la Fed de Philadelphie. Sur le Vieux Continent, le conseil des gouverneurs de la BCE doit se réunir à Francfort, mais aucune annonce concernant les taux n'est prévue.France Télécom chute de 6% à 14,10 euros après avoir touché un nouveau plus bas historique à 13,51, alors que Deutsche Telekom a annoncé avoir vendu la participation de 1,8% qu'il détenait dans le groupe pour 300 millions d'euros. Par ailleurs, Mobilcom a fait savoir ce matin que si les négociations concernant sa dette avançaient, aucun accord n'a été signé entre ses banques créditrices et l'opérateur français.Les autres grandes technologiques reculent après l'avertissement de Nokia, la révision en baisse de sa prévision de progression du chiffre d'affaires pour le second semestre semblant prendre le pas sur les perspectives d'après 2003. Alcatel rechute de 1,90% à 9,28 euros et STMicroelectronics, qui compte Nokia parmi ses principaux clients, abandonne 1,52% à 23,93. Cap Gemini perd encore 2,60% à 44,51. De son côté, Vivendi Universal perd encore 4,78% à 27,70 euros.TotalFinaElf abandonne 2,15% à 154,60 euros alors que les pays producteurs hors Opep se réunissent aujourd'hui à Vienne pour décider d'une augmentation de leurs exportations. Par ailleurs, des sources de marché font état d'un gros ordre de vente de la part d'un investisseur institutionnel.Sanofi-Synthélabo perd 1,54% à 57,60 euros après le " profit warning " de l'américain Genzyme qui table désormais sur un bénéfice annuel de 25 à 26 cents par action, contre 33 cents attendus par les analystes. Aventis résiste en ne cédant que 0,73% à 67,75.Renault lâche 3,82% à 46,31 euros alors que sa filiale Nissan a annoncé la reprise du paiement d'un dividende intérimaire au titre du premier semestre. Il s'agira du premier coupon versé depuis celui correspondant à l'exercice 1997/98.Porté en début de séance par des informations selon lesquelles la CGIP négocierait le rachat de Legrand, Schneider recule désormais de 1,04% à 52,35 euros.Contre la tendance, Thales progresse de 1,49% à 41,42 euros grâce à l'annonce du rachat de la filiale informatique par GFI.En dehors du CAC, Altran abandonne 7,93% à 36 euros. UBS a dégradé le titre d'" achat fort " à " neutre " et abaissé son objectif de cours de 75 à 43 euros. Le titre pâtit par ailleurs du flou qui entoure ses comptes, et notamment de certains engagements hors bilan.Enfin, Genset a annoncé avoir " engagé des discussions préliminaires concernant un projet d'opération stratégique " sans donner plus de précision. Le titre du groupe de biotechnologie reste suspendu de cotation.John WiburgCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.