Scor s'estime à l'abri des grandes faillites

 |  | 410 mots
Lecture 2 min.
Le réassureur Scor publie ce mercredi matin un chiffre d'affaires au titre du premier semestre en hausse de 6% à 2,51 milliards d'euros. A taux de change constant, la progression s'élève à 16%. Pour le groupe, cette résistance est due à l'amélioration des conditions tarifaires de la réassurance non vie et à la mise en oeuvre de la politique de croissance sélective.Pour le pôle "dommages", la croissance est de 43% à taux de change constant (+32% à taux variable). Elle résulte d'une hausse des tarifs de l'assurance de dommages aux biens, et de responsabilité civile. Cette croissance aurait été proche des 50 % sans l'arrêt, décidé fin 2001, de la souscription des affaires " Program Business" aux USA, affirme Scor dans un communiqué.Pour la branche "personnes", la diminution du chiffre d'affaires (-4% à taux de change constant et -11% en variable) constatée est due à l'arrêt quasi total de la souscription des risques de santé et au report, au second semestre de 2002, de la souscription de certains contrats importants.Enfin dans le pôle "spécialités", l'activité de "grands risques d'entreprise", malgré une baisse temporaire des affaires spatiales, enregistre une forte progression de 31% qui s'amplifiera au second semestre, estime Scor. A noter que l'activité "crédit caution" a été diminuée de moitié par la suspension des souscriptions de dérivés de crédit, le désengagement de la caution américaine et une plus grande sélectivité des affaires crédit européennes. Ce désengagement vise bien sûr à apaiser les craintes sur l'exposition de Scor aux grands dossiers brûlants en Europe et aux USA (Vivendi, Enron, WorldCom). Le groupe estime que les conséquences de ces affaires sont "modestes", "tant pour les activités dérivés de crédit que pour la gestion de son portefeuille d'actifs. Par ailleurs, Scor a précisé que son exposition au marché actions était "limitée à environ 5% des actifs gérés après la cession de la participation dans Coface". A l'occasion de la publication de ce chiffre d'affaires, Scor a réaffirmé ses objectifs de résultats pour le premier semestre. Les analystes d'Aurel Leven voient d'un bon oeil l'arrêt volontaire de certaines activités, car cela va permettre selon eux de réduire les besoins en fonds propres. Ils relèvent leur recommandation sur le titre d'"Accumuler" à "acheter".Les chiffres sont très bien accueillis ce mercredi, l'action s'envolant de 5,01% à 20,97 euros en clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :