La Bourse de Paris rate sa deuxième mi-temps

 |  | 762 mots
Lecture 4 min.
Le CAC 40 termine quasiment au plus bas de la séance. Le match nul des Bleus contre l'Uruguay (0-0), ou, plus sérieusement, la baisse de Wall Street, ont refroidi l'ardeur des investisseurs. A la clôture, le baromètre des valeurs françaises ne progresse que de 0,46% à 4.098,18 points. A mi-séance, il gagnait plus de 2%. L'avance s'est effritée durant tout l'après-midi en raison de l'accélération de la baisse des marchés américains, et ce malgré les bons chiffres hebdomadaires de l'emploi. Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont baissé à 383.000 unités, plus fortement que prévu, et sous la barre des 400.000, un niveau jamais connu depuis 10 mois. A 17h30, le Dow Jones perd 1,34% et le Nasdaq recule de 2,29%. Les intervenant restent sur la défensive et attendent, notamment, la réunion d'Intel, ce soir, après la clôture des marchés américains, pour se faire une idée plus précise de l'état de santé des grandes entreprises technologiques.Très surveillé aujourd'hui, TF1 termine en baisse de 1,49% à 30,97 euros. En séance, le titre a perdu jusqu'à 3,6%. Dans le match comptant pour le premier tour de la Coupe du Monde de football, la France et l'Uruguay ont fait match nul, zéro à zéro. Désormais, la qualification du onze tricolore pour les huitièmes de finale est hypothétique. Une élimination des Bleus serait synonyme de recettes publicitaires moins élevées qu'escompté pour la première chaîne qui a acheté l'exclusivité des droits de retransmission de l'événement pour 168 millions d'euros. Le concurrent de TF1, M6, en profite. L'action monte de 3,73% à 27,8 euros.Très longtemps en hausse, France Télécom finit sur une perte de 1,02% à 18,4 euros. Le courtier américain Merrill Lynch a dégradé le titre de " neutre " à " alléger/vendre " à court terme. Par ailleurs, l'opérateur en télécommunications va racheter 103 millions d'actions Orange à l'allemand E.ON, pour un montant de 950 millions d'euros. " En raison du cours actuel des actions Orange, France Télécom n'a pas l'intention de vendre ces actions sur le marché ", indique l'opérateur. Orange s'effrite de 0,71% à 5,57 euros.Vivendi Universal progresse de 0,65% à 31,05 euros. Selon le Times, News Corp serait en passe de racheter Telepiù, la chaîne de télévision à péage détenue par le groupe français en Italie. Un protocole d'accord pourrait aboutir à une fusion entre Telepiù et Stream, coentreprise détenue par News Corp et Telecom Italia.Alcatel lâche 2,97% à 11,45 euros et STMicroelectronics 2,74% à 25,96 euros. Cap Gemini s'apprécie en revanche de 1,07% à 51,95 euros alors que l'américain Oracle a maintenu ses prévisions de résultats pour le quatrième trimestre. Ericsson perd 6,06 % à 2,17 euros. Les actionnaires de l'équipementier en télécommunications suédois ont approuvé le projet d'augmentation de capital de 3,1 milliards de dollars.Au SRD, Alten monte de 5,73% à 12 euros et A Novo se reprend enfin de 5,21% à 5,05 euros. Atos Origin poursuit également sa progression avec un gain de 7,38% à 65,5 euros. Il s'agit de la plus forte hausse du SRD. La SSII continue de bénéficier de l'annonce du rachat des activités de KPMG Consulting en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, qui en font l'un des géants européens du secteur.Axa avance de 0,8% à 20,22 euros. L'assureur a conclu un accord de principe en vue de l'acquisition par Axa Banque de 100% du capital de Banque Directe, filiale de BNP Paribas, pour environ 60 millions d'euros. L'action de la première banque française s'adjuge 1,05% à 58 euros.Les valeurs de distribution s'inscrivent en hausse, suivant le néerlandais Royal Ahold qui table sur une nouvelle croissance de son bénéfice au deuxième trimestre. Carrefour gagne 0,95% à 53,25 euros et Casino 1,61% à 88,3 euros.Aventis perd 0,49% à 70,5 euros et Sanofi-Synthélabo recule de 0,34% à 59,2 euros. Des sources de marché évoquent des commentaires défavorables sur le Plavix, un de ses médicaments phares.Nouvelle séance de hausse pour Vinci. L'action du groupe de BTP et de services progresse de 0,97% à 68 euros. Moody's Investors Service a accordé au groupe les notes long terme et court terme Baa1/Prime -2, estimant que les bons résultats enregistrés par Vinci dans l'intégration de ses acquisitions et son bon niveau de rentabilité justifiaient sa décision.Enfin, Saint-Gobain perd 0,22% à 183,5 euros. Le groupe de matériaux de construction prévoit de diviser par quatre le nominal de son action le 26 juin prochain. Selon son président, cette mesure devrait permettre au titre de franchir les 50 euros (soit 200 euros actuellement), un niveau encore jamais atteint. Saint-Gobain a touché son plus haut historique, le 17 mai dernier, à 196,2 euros.Olivier PinaudCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :