Le CAC 40 termine en baisse de 2,78 %

Début de semaine difficile pour les places européennes. Après une ouverture en repli limité à 0,6 %, le CAC 40 a aggravé ses pertes tout au long de la journée. La faiblesse des volumes (seulement 1,7 milliard a été échangé) et la fermeture des places américaines en raison du Labour Day ont contribué à augmenter la volatilité. A la clôture, l'indice parisien concède 2,78 % à 3.272,76  points. France Télécom signe la plus mauvaise performance de l'indice. Après avoir ouvert sur une note positive, la valeur s'est rapidement retournée à la baisse en cours de matinée. Même les informations indiquant une prochaine sortie de la filiale allemande Mobilcom (selon Investir de la semaine et le Wall Street Journal qui cite une étude devant être présentée au conseil d'administration de l'opérateur la semaine prochaine) n'ont pas réussi à soutenir le cours. En fin de séance, l'action a brutalement décroché et a été réservée à la baisse après la parution sur le site Internet de l'Expansion d'un probable départ de Michel Bon au profit de Noël Forgeard, actuel président d'Airbus. A la clôture, France Télécom abandonne 10,42 % à 11,43 euros et signe sa quatrième séance de baisse consécutive. Depuis mercredi, le titre a perdu 26,1 % de sa valeur.Egalement très affecté,  Sanofi-Synthélabo termine la séance sur un repli de 9,73 % à 55,20 euros. Le groupe pharmaceutique a annoncé une progression de 23,7% de son résultat net, part du groupe, à 830 millions d'euros, mais anticipe un ralentissement de la croissance au second semestre. Les analystes sont déçus par un bénéfice opérationnel inférieur aux attentes (1,23 milliard d'euros contre 1,33 attendu). Par ailleurs, le résultat net de 830 millions d'euros profite de la baisse de l'impôt sur les sociétés de 16,3% (61 millions d'euros). Dans le même secteur, Aventis recule de 3,41 % à 58 euros.  Les constructeurs automobiles sont affectés par l'annonce du recul de 17,7 % des immatriculations de voitures neuves en août. Renault abandonne 3,45 % à 47,6 euros alors que ses ventes ont fléchi de 29 % et Peugeot qui a constaté un repli de 17,4 % de ses immatriculations, concède 1,25 % à 45,05 euros.Après avoir passé la matinée en territoire positif, Thomson Multimédia abandonne finalement 3,7 % à 19,50 euros alors que le groupe a démenti les rumeurs selon lesquelles l'Etat aurait décidé de céder sa participation. Le titre avait chuté de plus de 7% vendredi.Axa, qui publiera ses résultats semestriels après la clôture, recule de 5,3 % à 13,23 euros. Morgan Stanley a abaissé son opinion sur le secteur européen de l'assurance de " en ligne " à " prudence ".Déception pour Vivendi Universal qui termine la séance en repli de 0,78 % à 12,7 euros. Le titre avait pourtant profité une grande partie de la journée des rumeurs d'une possible offre hostile de Vodafone sur SFR, filiale de téléphonie mobile du groupe français, pour 12 milliards d'euros, rapportée par le Financial Times. Vodafone détient 32% de SFR. Thales signe la meilleure performance de l'indice avec un gain symbolique de 0,34 % à 38,43 euros. Thales Raytheon Systems, coentreprise entre le français Thales et l'américain Raytheon, a conclu avec le Pentagone un contrat de 100,7 millions de dollars pour la fourniture de huit systèmes de radars Firefinder.Au SRD, Altadis prend 1,8 % à 23,25 euros. Le groupe de tabac franco-espagnol a fait état d'une croissance de 15,4% de son bénéfice net semestriel à 203,7 millions d'euros. Altadis précise que les résultats du premier semestre " confortent les estimations du groupe en matière de croissance de l'excédent brut d'exploitation qui se situe, pour l'exercice, entre 8 et 10% ".Arcelor progresse de 0,81% à 12,50 euros, dopé par l'annonce d'un bénéfice net de 115 millions d'euros au deuxième trimestre, contre une perte de 22 millions au premier. Sur le premier semestre, le bénéfice net ressort à 93 millions d'euros, contre 369 millions sur les six premiers mois de 2001. Gemplus International abandonne 5 % à 0,76 euro. Alex Mandl, le nouveau directeur général du groupe, a annoncé qu'il démissionnait de ses autres mandats, et notamment de son poste d'administrateur d'un fonds d'investissement créé par la CIA.Enfin, de nombreuses " penny stocks " subissent des prises de bénéfices après leur envolée la semaine dernière. C'est le cas de Avenir Télécom, par ailleurs dégradé par le Crédit Lyonnais, qui abandonne près de 17 % à 0,54 euro. Highwave Optical chute de 13,58 % à 0,7 euro. Repli de plus de 12 % pour Valtech à 0,58 euro et Bull à 0,56 euro.  Johan DeschampsCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.