Le CAC 40 tremble sur le seuil des 4.000 points

 |  | 713 mots
Lecture 3 min.
Le CAC 40 cède près de 3% en fin de matinée, affecté par la correction des valeurs technologiques après leur rebond de la veille. Ce repli général du marché trouve son origine dans le mouvement vendeur constaté en fin de séance à Wall Street hier, et au nouveau repli du Nasdaq sous la barre des 1.500 points pour la première fois depuis octobre. Les récentes mises en garde d'Intel, de Nokia et du groupe pharmaceutique Abbott Laboratories incitent les investisseurs à s'interroger sur les perspectives des résultats des entreprises, certains estimant même que l'indice phare de la Bourse de Paris devrait rapidement retrouver ses plus bas niveaux de huit mois, atteints la semaine dernière. Le nouvel accès de faiblesse du dollar face à l'euro reflète par ailleurs l'incrédulité des cambistes envers une reprise des marchés américains. A 12h05, le CAC 40 chutait de 2,52% à 4.005,87 points dans un volume moyennement étoffé d'environ 1,2 milliard d'euros traités sur les valeurs de l'indice.Sur le plan économique, la hausse modérée de l'inflation en France le mois dernier (+0,1% contre +0,4% en avril) n'est apparemment d'aucun secours. Les investisseurs attendent, à 14h30, la statistiques des prix à l'importation américains du mois de mai, mais le grand rendez-vous aura lieu ce soir avec la publication du Livre Beige de la Réserve fédérale. Ce document fait le point sur l'évolution de l'économie au cours des derniers mois.Plus forte baisse du CAC 40, Alcatel plonge de 6,34% à 10,34 euros dans le sillage du recul de 2,19% du Nasdaq sous la barre des 1.500 points. Après Nokia hier, Juniper Networks, le numéro deux mondial des équipementiers de réseaux internet, a déclaré ne voir aucun signe de reprise de la demande dans son secteur. Parmi les autres grandes technologiques, Cap Gemini cède 2,59% à 50,75 euros, STMicroelectronics 4,76% à 24 et Thomson Multimédia 4,51% à 24,54 euros.France Télécom chute de 6,10% à 17,70 euros, les investisseurs ayant largement anticipé la dénonciation de l'accord avec MobilCom. KBC Securities juge cette décision positive, tout en estimant que l'opérateur français ne pourra pas faire l'économie d'une augmentation de capital. Orange perd 4,87% à 5,67 euros. ABN Amro dit rester à l'achat sur le titre, mais révise en baisse son objectif de cours de 9,70 à 7,50 euros.Autre filiale de France Télcom, Equant perd 6,65% à 5,90 euros.Vivendi Universal corrige de 4,21% à 30,05 euros alors que la Deutsche Bank a réduit son objectif de cours sur le titre de 49 à 41 euros, tout en maintenant sa recommandation d'achat.Première pondération du CAC 40, TotalFinaElf, abandonne 1,68% à 158 euros en dépit de la hausse des cours du brut à Londres. L'agence Bloomberg rapporte que l'International Energy Agency, qui conseille 26 pays dans leur politique pétrolière, a révisé en baisse sa prévision de la consommation mondiale d'un tiers, à 700.000 barils par jour, pour le troisième trimestre.Les pharmaceutiques suivent le mouvement à l'image d'Aventis (-2,78% à 68,10 euros) et de Sanofi-Synthélabo (-4,90% à 55,30) après le " profit warning " de l'américain Abott Laboratories sur ses résultats de 2002.Axa chute de 5,40% à 18,91 euros. L'assureur doit rendre publique, après la clôture, sa valeur intrinsèque au 31 décembre 2001. Les analystes tablent sur une baisse de plus de 10% aux environs de 18,50 euros par action.Carrefour perd 2,88% à 50,60 euros. Le groupe devra céder au moins 35% du capital de deux de ses magasins chinois à des entreprises locales pour se conformer aux lois de Pékin, rapporte le Financial Times.En dehors du CAC 40, Air France recule de 1,25% à 17,40 euros après l'annonce d'une baisse de 4% de son trafic passagers en mai, et de 1,6 point de son coefficient d'occupation à 74,6%. Sur les vols intérieurs, le trafic accuse une chute de 15,1% pour un taux d'occupation en baisse de 8,3 points à 63,4%.Contre la tendance, NRJ Group gagne 1,59% à 19,20 euros. La société a enregistré une hausse de 14%, à 28,5 millions d'euros, de son bénéfice au premier trimestre 2001-2002. Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe radiophonique table sur une forte hausse de son résultat d'exploitation si la croissance du chiffre d'affaires de sa régie nationale, constatée en avril et mai, se poursuit.Enfin, Alti progresse de 17,41% à 7,08 euros. Le groupe de conseil en services informatiques a enregistré une hausse de 95% de son bénéfice d'exploitation au premier semestre 2001-2002, à 1,72 million d'euros.John WiburgCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :