Paris limite la casse en concèdant 2,64% vendredi et 2,78% sur la semaine

 |  | 786 mots
Lecture 4 min.
La séance a été marquée dès le matin par les pertes semestrielles record de France Télécom et la confirmation de la démission de Michel Bon. Mais aucun successeur n'a été désigné pour l'instant. Alarmé par l'absence de décisions de la part de l'Etat, notamment au sujet du refinancement de l'opérateur, les marchés ont, dans un premier temps, sévèrement sanctionné l'action France Télécom qui a piqué du nez à près de 9 euros. Sur le plan macro-économique, trois statistiques américaines étaient attendues dans l'après-midi. Les deux premières, les ventes au détail et les prix à la production, se sont révélées satisfaisantes. Les ventes au détail en août aux Etats-Unis, connues dès 14h30, étaient en hausse de 0,8% et hors automobile, la progression est de 0,4%, une performance supérieure aux prévisions. Par ailleurs, les prix à la production sont stables en juillet après une contraction de 0,2 % le mois précédent.Mais l'indice de confiance de l'Université du Michigan de septembre, en baisse, a perturbé le sentiment des opérateurs vers 15h50. A Wall Street vers 17h35, le Dow Jones recule de 1,12% à 8.284 points et le Nasdaq de 0,16% à 1.277 points (après avoir ouvert en hausse). France Télécom limite la casse à -2,63% à 10,35 euros après avoir touché un plus bas de 9,09 euros. Le marché sanctionne le report à fin septembre, au moins, d'un plan de redressement du groupe. L'opérateur historique a accusé une perte nette de 12,2 milliards d'euros au premier semestre, ses capitaux propres étant désormais négatifs. Le groupe a en outre annoncé le lâchage de MobilCom. Ce dernier a d'ailleurs fait savoir qu'il déposerait son bilan dans la journée. Rien de nouveau n'a été communiqué lors de la réunion d'analystes financiers à laquelle la presse n'était pas conviée.Egalement entouré avec 16 millions de pièces traitées, Orange, en baisse à l'ouverture, se reprend et gagne même 5,95% à 5,52 euros. La filiale mobile de France Télécom a fait état d'une hausse de 52,1%, à 1,245 milliard d'euros, de son résultat opérationnel courant au premier semestre. La marge brute d'exploitation progresse de 41% à 2,3 milliards.Alcatel accuse toujours une baisse sévère, -8,29% à 3,76 euros, directement affecté par le "revenue warning" de Lucent Technologies. Le titre a été réservé un moment à la baisse en touchant un plus bas à 3,5 euros. L'équipementier américain de télécoms anticipe un recul de 20 à 25% de son chiffre d'affaires entre le troisième et le quatrième trimestres. Il anticipe par ailleurs une perte pro forma de 45 cents par action au quatrième trimestre, soit 24 cents de plus qu'attendu par le consensus établi par First Call.STMicroelectronics lâche 5,44% à 17,73 euros dans le sillage de la chute de 6,05% de l'indice des semi-conducteurs de la Bourse de Philadelphie. Le titre avait déjà pâti hier des prévisions annoncées par Philips pour sa division semi-conducteurs.Vivendi Universal recule de 6,45% à 13,2 euros (exactement son niveau du vendredi précédent obtenu sur un bond de près de 15% !). Jean-René Fourtou a déclaré qu'il souhaitait que VU reste un groupe international en dépit des articles de presse lui prêtant l'intention de céder ses filiales américaines. La Tribune rapporte par ailleurs que Vivendi prépare son renforcement dans Cegetel. Selon le quotidien, le groupe envisage d'utiliser une bonne partie des 3 à 3,5 milliards d'euros attendus de la vente de son pôle édition pour se renforcer dans Cegetel, filiale à hauteur de 44%.Vivendi Environnement cède 3,15% à 21,49 euros. Le groupe est en passe de céder sa filiale américaine US Filter pour 620 millions de dollars. La filiale, qui vend des pompes, valves et autres systèmes hydrauliques, sera cédée aux sociétés d'investissements Thomas H.Lee Partners et JP Morgan Partners.Le secteur de l'assurance reste fragile après l'augmentation de capital du britannique Legal & General et la chute de plus de 90% des semestriels de l'italien Generali. Axa plonge ainsi de 7,83% à 12,6 euros.Dexia limite la casse à 4,51% à 11,86 euros. La banque a fait état d'un repli de 5,1%, à 782 millions d'euros de son bénéfice net au premier semestre et revu à la baisse sa prévision de bénéfice pour l'ensemble de l'exercice 2002.Clarins perd 3,01% à 39,28 euros. Le groupe a annoncé un recul de 22,9%, à 19,2 millions d'euros, au premier semestre. Le résultat opérationnel chute de 41,1% à 29,3 millions. Ces résultats sont conformes à ce que le groupe de cosmétiques avait anticipé au début du mois dernier.A signaler au SRD, les très fortes corrections dont sont victimes le chimiste Rhodia (-7,23% à 7,70 euros), Sopra (-10,17% à 21,20 euros) et Carbone Lorraine (-9,96% à 21,15 euros).Jean-Jacques AvedissianCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :