France Télécom efface ses gains de vendredi

Les 12,34% gagnés vendredi n'auront pas profité longtemps à l'action France Télécom. Entraînée à la baisse en fin de séance dans le sillage de marchés qui se sont écroulés, elle cède 7,88% à 12,75 euros ce lundi, revenant très près de son niveau de clôture de jeudi dernier (12,32 euros).Très peu affecté par la dégradation de la notation de sa dette par S&P, le groupe avait profité vendredi d'un rebond général des TMT et aussi d'espoirs de rapide désendettement, le Wall Street Journal remettant au goût du jour la cession de TDF. Surtout, le journal indiquait que, en dépit de la chute des marchés, la filiale de télédiffusion valait toujours entre 2 et 2,3 milliards d'euros.Aujourd'hui, c'est Eutelsat qui était sur le devant de la scène. Comme évoqué en juin, c'est bien Eurazeo qui va reprendre les 23% du consortium satellitaire détenu par l'opérateur. Les deux groupes sont entrés en discussions exclusives (voir ci-contre). Le montant n'a pas été dévoilé mais il pourrait atteindre 800 millions d'euros.Face à une dette de plus de 60 milliards d'euros, ces espoirs de cession peuvent bien entendu avoir un impact psychologique sur les marchés. Néanmoins, aux yeux de certains professionnels, cela ne suffira pas à redresser le groupe (voir ci-contre). Selon Fideuram-Wargny, l'avenir de la société dépend principalement de l'action de l'Etat et pour Joël Raffin-Peyloz, "une augmentation de capital -de 10 à 15 milliards au moins- aurait le double effet d'alléger l'endettement et de renforcer les fonds propres du groupe, rendant ainsi sa valorisation beaucoup moins sensible aux aléas du marchés", précise-t-il.
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.