Bouygues Offshore a redressé la barre au premier trimestre

 |  | 335 mots
Lecture 2 min.
La chute de chiffre d'affaires de 20,8% constaté entre octobre et décembre 2001 n'était apparemment qu'un accident dans le parcours de Bouygues Offshore. Le groupe s'en était déjà expliqué en février en indiquant que ses projets étaient simplement dans une phase moins génératrice de chiffre d'affaires (voir ci-contre). Aujourd'hui il confirme avoir redressé la barre avec un chiffre d'affaires trimestriel (janvier-mars 2002) en hausse de 8,1% à 269,1 millions d'euros. Un chiffre qui en outre s'avère supérieur aux attentes des professionnels. Aurel-Leven avait par exemple pronostiqué des revenus de 250 millions d'euros.L' "offshore" (la principale activité de la société avec 45% du chiffre d'affaires) s'est très bien comporté avec une hausse des revenus de 26,9% à 120,7 millions d'euros, tout comme la "maintenance" qui progresse de 54,5%, à 49,6 millions d'euros. Même si leur importance est plus relative, il convient également de relever la performance des branches "travaux maritimes et fluviaux" et "gaz liquéfiés" dont le chiffre d'affaires a été multiplié respectivement par 2 et par 3 à 10 et 15,1 millions d'euros. En revanche, l' "Onshore" reste en retrait avec une baisse de ses revenus de 37%, à 64,6 millions d'euros. Le communiqué très succinct du groupe n'apporte pas d'explication à ce repli.En revanche, Bouygues Offshore est plus éloquent lorsqu'il s'agit d'évoquer le carnet de commandes, véritable indicateur de l'activité à venir. Et là aussi, il y a des raisons d'être optimiste. Car avec 354,6 millions d'euros de prises de commandes au cours du trimestre, le carnet de commandes atteint un nouveau record à 1,21 milliard d'euros. De quoi voir les prochains mois avec sérénité. D'autant que "de manière générale, la plus grande partie du chiffre d'affaires d'un contrat est enregistrée lorsque le projet se trouve dans une phase d'achats d'équipements et de construction, ce qui interviendra dans le courant du second semestre 2002 mais davantage encore sur 2003", rappelle Aurel-Leven.Face à ces perspectives, la Bourse se montre confiante. En fin d'après-midi, l'action avance de 4,87% à 49,50 euros et dépasse ainsi les 23% en termes de progression annuelle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :