Air France aura tiré son épingle du jeu en 2001/2002

 |  | 653 mots
Lecture 3 min.
Air France a déjà donné le ton, il y a deux semaines, en publiant son chiffre d'affaires annuel en hausse de 2% à 12,53 milliards d'euros. Selon elle, la compagnie affichera au titre de l'exercice 2001/2002 (clos à fin mars) un résultat positif, avant même la prise en compte de la compensation de l'Etat de 28,6 millions d'euros liée à la fermeture du ciel américain du 11 au 14 septembre.Les analystes se montrent donc très confiants à l'approche de la publication des comptes annuels, prévue ce soir. Toutefois, les prévisions restent assez larges. Tandis que Bloomberg donne une anticipation moyenne de résultat net de 102 millions d'euros, Reuters indique que les analystes de son consensus ont une fourchette allant de 73 à 224 millions d'euros. L'Ebit devrait, quant à lui, ressortir autour de 157 millions d'euros.Les chiffres publiés marqueront bien entendu un net repli par rapport au résultat net de 421 millions d'euros et à l'Ebit de 443 millions enregistrés un an plus tôt. Mais il conviendra de les replacer dans leur contexte. Tout d'abord, ils tiendront compte de la crise qu'a connue le secteur aérien après les attentats du 11 septembre. Ensuite, il ne faut pas oublier que l'année 2000/2001 avait été particulièrement propice au secteur. Enfin, ces résultats seront toujours meilleurs que ceux de la concurrence.Et c'est bien là le principal motif de satisfaction mis en avant par les analystes. Car les grandes compagnies européennes n'ont pas affiché la même santé qu'Air France. A fin mars 2002, British Airways a enregistré sa première perte depuis sa privatisation en 1987: 200 millions de livres (320 millions d'euros) avant impôts. Et KLM a également terminé l'exercice dans le rouge, à -156 millions d'euros. Quant à la Lufthansa, la comparaison est plus difficile puisque son exercice correspond à l'année civile. Mais on peut toutefois noter qu'en 2001, elle a accusé sa première perte depuis huit ans avec -754 millions d'euros.Pour les analystes, l'explication générale de cette résistance est simple. Air France était sensiblement moins exposée que British Airways sur les liaisons avec l'Amérique du Nord, une destination particulièrement touchée après le 11 septembre. Et surtout le groupe a pu réorienter ses capacités vers d'autres destinations comme l'Afrique, où il a profité des défaillances de Swissair et de Sabena. Finalement, Air France, qui avait constaté une hausse de son trafic passager en janvier (seulement 4 mois après les attentats), a été capable de gagner des parts de marché dans un contexte difficile.Et rien ne devrait ternir le tableau dans les prochains mois, selon les analystes. L'arrivée en France des compagnies à bas prix ne devrait avoir qu'un impact limité. Et si le trafic passager d'Air France a reculé de 3,3% en avril, cela reste tout de même plus flatteur que les -10,8 à -11,3% affichés par British Airways, KLM et la Lufthansa. Bref, les professionnels ne tarissent pas d'éloge sur ce groupe, qui a pour la première fois dépassé la Lufthansa et occupe le deuxième rang européen du secteur. La progression pourrait même s'amplifier. "La stabilité de l'offre adoptée par Air France sur le programme été, contrairement aux réductions pratiquées par ses principaux concurrents que sont British Airways et Lufthansa, pourrait propulser la compagnie française dès la fin de l'exercice 2002/2003 au rang de leader du marché européen", anticipe CIC Securities, selon lequel le groupe dispose "d'un potentiel de rebond de la marge opérationnelle en 2002/2003", notamment grâce aux synergies attendues du partenariat avec Alitalia. Un opinion que l'on résume chez HSBC Investment Bank en indiquant : "c'est le plus rentable des grands transporteurs aériens européens".L'action ne gagne qu'un petit 0,05% à 18,21 euros en milieu de journée. Toutefois, elle est en hausse de 11% depuis le début de l'année et a depuis longtemps comblé ses pertes consécutives au 11 septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :