Lourde chute du CAC 40 qui passe sous les 4.600 points

 |   |  505  mots
Une fois encore, la situation au Proche Orient pèse sur la tendance, les investisseurs craignent que le niveau élevé du brut freine la reprise. Les publications de résultats trimestriels des entreprises américaines qui devraient débuter demain avec Alcoa incitent également les investisseurs à la prudence. Plusieurs " profit warnings " dont les derniers en date de Brio Software, Compuware et Bristol-Myers Squibb, font craindre de mauvaises surprises. Enfin les chiffres américains de l'emploi publiés demain sont très attendus, alors que les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté pour la première fois depuis 10 semaines. Dans ce contexte peu favorable, les prises de bénéfices s'accentuent et le CAC chute de 2,03 % à 4.538,06 points.TotalFinaElf fournit le meilleur exemple de l'attentisme des intervenants parisiens. Le titre du pétrolier perd 3,36 % à 172,80 en dépit de la fermeté du cours du brut. L'action a grimpé de 5,36 % depuis le 25 mars pour atteindre mardi son plus haut depuis six mois. Et l'annonce par BP d'une chute de ses marges de raffinage a fourni le prétexte aux investisseurs pour alléger leur position.EADS subit également de fortes prises de bénéfices et chute de 4,74% à 15,26 euros, cassant au passage un support à 15,5 euros. Le groupe qui réalise 80 % de son activité dans l'aéronautique civile subit des arbitrages au profit de groupes plus militaires comme Thales qui progresse, à contre-courant, de 1,27 %.Les valeurs technologiques reculent sur fond de multiplication des avertissements sur résultats de la part d'entreprises américaines du secteur. Alcatel cède 3,25% à 15,77 euros. Cap Gemini recule de 2,22% à 79,3 et Thomson Multimédia de 3,23 % à 34,15 euros. France Télécom cède 2,1 % à 32,70 euros. Le premier opérateur japonais de télécommunications, NTT, a annoncé qu'il tablait désormais sur une perte annuelle de 865 milliards de yens, contre un déficit de 331 milliards estimé en novembre dernier.Les pharmaceutiques pèsent également sur la tendance. Sanofi-Synthélabo chute de 4,43% à 69 euros affecté par le " profit warning " de Bristol-Myers Squibb. Aventis cède pour sa part 3,33% à 76,95. Selon le Financial Times, la Commission européenne est sur le point de donner son feu vert au rachat du pôle agrochimique du groupe français par l'allemand Bayer pour 7,3 milliards d'euros. Ce dernier se dit prêt à se défaire d'une partie de ses activités dans les insecticides pour obtenir l'aval des autorités européennes. Pinault-Printemps Redoute perd 3,33% à 130,5 euros. Standard & Poor's a annoncé avoir abaissé ses notations sur les dettes à court et long termes du groupe. LVMH baisse pour sa part de 2,65% à 57,05.En revanche, L'Oréal prend 0,3% à 82,35 euros après avoir publié une progression de 9,3%, à 3,7 milliards d'euros, de son chiffre d'affaires du premier trimestre 2002.Autre rare hausse : Neopost gagne 3,09% à 40 euros porté par la progression de 5,8% de son bénéfice net 2001 à 38,1 millions d'euros. Le spécialiste du traitement du courrier précise que le résultat net de l'exercice 2000 avait été dopé par 7,3 millions d'euros de plus-values exceptionnelles. Pour 2002, le groupe réaffirme son objectif d'un bénéfice net compris entre 55 et 60 millions d'euros.Charles-Etienne LebatardCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :