Scor renoue avec les bénéfices

 |  | 360 mots
Les mesures de réduction du profil de risque prises l'an passé auront été profitables (voir ci-contre). Alors qu'il était en perte de 278 millions d'euros en 2001, le réassureur Scor est revenu dans le vert au premier trimestre 2002. Le groupe vient de publier un résultat net de 7 millions d'euros, contre une perte de 24 millions d'euros sur les trois premiers mois de 2001.Cette inversion de tendance se retrouve aussi dans le résultat d'exploitation qui en un an est passé de -55 à +19 millions d'euros. Quant au chiffre d'affaires, il a gagné 28% à 1,43 milliard d'euros. "Au cours des derniers mois, le groupe a pris de nombreuses initiatives complémentaires, notamment en réduisant son profil de risque et en réallouant une partie de ses ressources, pour bénéficier pleinement d'un environnement de marché redevenu extrêmement favorable", précise Jacques Blondeau, le PDG de Scor, dans un communiqué.C'est surtout dans la réassurance dommages que le chiffre d'affaires a bondi. A 677 millions d'euros, il a progressé de 67% grâce à une augmentation des prix et à l'intégration de Sorema depuis juillet 2001.Le groupe prévient que les chiffres du premier trimestre ne sont pas directement extrapolables sur l'année entière en raisons de particularités de la comptabilité trimestrielle du secteur. Toutefois, "la forte progression de notre activité et le retour à la rentabilité au premier trimestre 2002 confirment les tendances positives que nous avions présentées en début d'année et nous permettent d'être confiants dans l'atteinte de nos objectifs de développement et de profitabilité", ajoute la société, qui attend une croissance de l'activité supérieure à 20% et un retour sur fonds propres de 10% en 2002.En Bourse, le titre, qui perd 3,76% vendredi à 37,92 euros en raison de perspectives jugées prudentes, avance encore de 7% depuis le début de l'année. Il avait fortement chuté (de plus de 25% en quelques séances) lors de l'avertissement de janvier sur les résultats 2001 (voir ci-contre). Mais depuis il s'est quelque peu repris. Il a profité de perspectives éclaircies et aussi des mesures visant à recentrer l'activité dont a fait partie la vente de sa participation dans la Coface (voir ci-contre).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :