Bush, défenseur inattendu des petits actionnaires

 |   |  319  mots
George W. Bush est décidément le pragmatisme fait homme. En août dernier, l'ancien gouverneur du Texas place Harvey Pitt, un autre républicain, à la tête du gendarme boursier, la SEC (Securities & Exchange Commission). Auparavant avocat spécialisé dans le conseil aux cabinets comptables dans leurs démêlés avec la SEC, celui-ci dispose alors d'un mandat clair : aller à contre-courant de la politique de son prédécesseur, Arthur Levitt, qui, en menant une lutte multiforme contre les fautes comptables, était parti en guerre contre l'Amérique des affaires.En prenant connaissance des propos tenus la semaine dernière par le chef de la Maison Blanche, quelque peu embarrassé par le scandale Enron, Levitt a dû boire du petit lait. " A la lumière de la dernière grande faillite, celle d'Enron, il faut revoir de fond en comble les règles inhérentes à la publication des informations financières et ce, de manière à s'assurer que l'actionnaire américain, ou tout autre actionnaire, soit protégé ", a ainsi déclaré le président. Comme c'est le cas depuis septembre avec la politique étrangère des Etats-Unis, " W ", grand réformateur devant l'éternel, s'est acclimaté à l'air du temps... sur fond de crise. Cette fois-ci, c'est l'affichage quotidien, à la une des journaux, de révélations sur la faillite d'Enron qui a décidé Bush Jr à prendre la défense des intérêts boursiers de la veuve de Springfield, Illinois, désavouant quelque peu la mission dont il avait investi Harvey Pitt. Ironie du sort, en apprenant au début de son mandat que Pitt entendait concentrer son action sur la préparation en amont de l'information financière plutôt que de s'attaquer aux fraudeurs, la Confédération des consommateurs américains avait craint publiquement que ses propos n'incitent les entreprises " à tester les limites de la légalité ". C'est chose faite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :