L'horizon s'éclaircit pour Sanofi

 |  | 450 mots
Lecture 2 min.
Pénalisé en février dernier par le dépôt d'un brevet pour un générique concurrent de son produit phare, l'anticoagulant Plavix, le groupe Sanofi-Synthélabo avait perdu un tiers de sa valeur boursière entre février et fin juillet, son cours tombant de 75 à 50 euros.Aujourd'hui, le "risque générique", l'arrivée de médicaments concurrent moins chers quand la molécule tombe dans le domaine public, si pénalisant pour les sociétés du secteur et donc surveillé de près par les analystes, est en passe de se réduire pour Sanofi. Il est vrai que les attaques subies à la suite du dépôt de brevet concurrent de Plavix étaient quelque peu exagérées, le brevet de Sanofi n'expirant lui-même qu'en 2011 (lire ci-contre). Ce mercredi, le groupe de Jean-François Dehecq a annoncé qu'il venait de recevoir un nouveau brevet protégeant une forme plus stable du principe actif de Plavix, jusqu'en 2019.Les réactions des analystes ne se sont pas fait attendre. "Ce nouveau brevet vient renforcer la protection du Plavix mais il faudra maintenant voir si cette nouvelle formule est inscrite à l'"Orange book", qui recense la liste officielle des brevets agréés par la FDA, l'autorité responsable de la protection des brevets pharmaceutiques aux Etats-Unis, explique un analyste de Fortis Bank à l'AFP. "Cela pourrait retarder la procédure judiciaire en cours avec les laboratoires de génériques", estime-t-il également, obligeant éventuellement les laboratoires de médicaments génériques à recommencer la procédure de dépôt de brevets concurrents depuis le début.Sanofi-Synthélabo, qui a réaffirmé sa volonté de "défendre vigoureusement les brevets relatifs au clopidogrel [nom scientifique du Plavix, ndlr]", a déjà intenté deux procès contre la société indienne Dr Reddy Laboratories et les laboratoires canadiens Apotex, qui ont demandé au début de l'année l'autorisation de fabriquer une version générique du Plavix. Il s'est associé dans ces procédures avec son partenaire américain Bristol-Myers Squibb, licencié exclusif du produit aux Etats-Unis. Toutefois, selon Eric Le Berrigaud, analyste chez Natexis Capital, ce n'est pas tant le nouveau brevet que la réaffirmation de la protection jusqu'en 2011 de la formule originelle qui est positive. "Ils ont réitéré leur confiance dans les brevets qui protègent le Plavix jusqu'en 2011 et je dirai que c'est plus important que le nouveau brevet", explique-t-il à l'AFP.L'annonce est doublée ce mercredi du relèvement de "souspondérer" à "surpondérer" de la recommandation de la banque d'affaires américaine Lehman Brothers sur l'ensemble du secteur pharmaceutique européen. Sanofi gagne 3,54% à 64,40 euros, s'adjugeant 7% en cinq séances.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :