Mauvais vents d'ouest, le CAC 40 chute de 4,57%

 |  | 942 mots
Lecture 5 min.
Trop de mises en garde. D'autant que celles formulées aujourd'hui par deux des hommes les plus puissants du monde, sont contradictoires. Celles d'Alan Greenspan d'abord. Le président de la Fed a certes souligné la bonne résistance de l'économie américaine aux récents événements, mais il a surtout appelé les politiciens américains à la discipline budgétaire. Une rigueur qui pourrait bien être entamée en cas d'offensive des Etats-Unis en Irak. Un avertissement qui intervient au moment même où George W. Bush, à la tribune de l'ONU, estimait "qu'une intervention en Irak serait inévitable si l'ONU ne contraint pas l'Irak au désarmement". Devant la crainte d'entrer dans un engrenage guerrier qui retarderait encore la reprise économique, les investisseurs redoublent de méfiance. D'autant que les statistiques américaines, publiées aujourd'hui, ne poussent pas à l'optimisme.Pour la troisième semaine consécutive, les inscriptions hebdomadaires au chômage sont restées au-delà du seuil des 400.000 personnes. Les prix à l'importation ont progressé, comme prévu, de 0,3% et le déficit courant a atteint un nouveau record au deuxième trimestre à 130 milliards de dollars contre 125 milliards attendus.A Paris, où l'anxiété est aiguisée par l'attente du conseil d'administration de France Télécom, qui débute après la clôture, les valeurs françaises terminent en chute libre. Le CAC 40 finit sur un repli de 4,57% à 3.241,84 points, dans un volume de 2,87 milliards d'euros.France Télécom perd 3,71% à 10,63 euros. D'après Le Monde daté de vendredi, Thierry Breton, le président de Thomson Multimédia, aurait accepté de remplacer Michel Bon à la tête de l'opérateur. Le quotidien ajoute que M. Breton aurait accepté ce poste dans le bureau du ministre de l'Economie, Francis Mer. Une information que Bercy a démentie en début d'après-midi. Le conseil d'administration de France Télécom, prévu à partir de 17 heures, devrait en outre évoquer l'éventuelle sortie de MobilCom, décider ou non d'une augmentation de capital et arrêter ses comptes semestriels. Orange recule de 3,34% à 5,21 euros, tandis que Thomson Multimédia abandonne 7,29% à 18,05 euros.STMicroelectronics cède 6,34% à 18,75 euros après la révision en baisse par Philips des prévisions de chiffre d'affaires de sa division semi-conducteurs au troisième trimestre. Le géant néerlandais table désormais sur un recul de 4 à 6% des facturations au troisième trimestre par rapport au deuxième, contre un repli de 0 à 5% précédemment. Il anticipe en outre une chute de 13 à 15% des ventes de semi-conducteurs dans la zone euro d'un trimestre sur l'autre.Le Crédit Agricole perd 9,9% à 18,65 euros après l'annonce d'une baisse de 26,9% de son résultat net au premier semestre et d'un recul de 9,5% de son bénéfice brut d'exploitation. Selon Le Figaro économie, les discussions entre la banque Verte et le Crédit Lyonnais évoluent vers une prise de contrôle à 100% du second par le premier. C'est un scénario "du type BNP Paribas qui est sur la table", selon un proche du dossier cité par le journal. Le Crédit Lyonnais recule, pour sa part, de 5,66% à 42,82 euros.Vivendi Universal cède 0,98% à 14,11 euros. La presse de ce matin revient sur la possible cession de Canal + Technologies à Thomson Multimédia. Le Figaro économie évoque un montant de 200 millions d'euros. Les candidats au rachat du pôle édition de VU se multiplient, ces derniers devant déposer leurs offres avant le 25 septembre, date de la réunion du conseil d'administration du groupe. D'autre part, le directeur général de Vodafone a avoué avoir fait à VU une offre "très intéressante" pour la reprise de SFR. D'après le Wall Street Journal, le britannique aurait proposé 6,5 milliards d'euros à VU pour ses 44% dans SFR. Le Français en demanderait 8 milliards pour les céder.Avec des résultats plutôt satisfaisants, les valeurs du luxe résistent plutôt bien. LVMH recule 0,57% à 43,5 euros en dépit de la hausse de 10,1% de son bénéfice net courant semestriel et de 18,6% de son résultat opérationnel. Le numéro un mondial du secteur a par ailleurs confirmé son objectif d'un rebond significatif de son résultat opérationnel sur l'ensemble de l'exercice. Les analystes anticipaient un résultat net courant de 362 millions et une croissance de 15% du bénéfice opérationnel. Sa maison-mère Christian Dior fléchit de 0,15% à 34 euros, malgré la progression de 40% de son bénéfice net semestriel. Le groupe indique que la croissance de ses ventes et de son résultat opérationnel au cours des deux derniers mois devrait se poursuivre au second semestre.Hermès progresse de 4,29% à 146 euros après l'annonce d'une croissance de 6,1% de son bénéfice net au premier semestre.Thales lâche 4,84% à 35,97 euros. Le groupe d'électronique de défense a fait état d'une hausse de son bénéfice net semestriel à 88 millions d'euros, contre 14 millions sur les six premiers mois de 2001. Le résultat d'exploitation progresse de 9% à 297 millions. Ces résultats sont inférieurs aux prévisions des analystes qui étaient de 94,6 millions pour le résultat net, et de 321 millions pour l'opérationnel.Peugeot recule de 4,8% à 42,66 euros et Renault de 3,79% à 47,25 euros. Les ventes de voitures neuves ont reculé de 7%, à 827.402 unités, au mois d'août en Europe occidentale, selon les chiffres publiés par l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). Les ventes de Renault ont diminué de 23,1% à 72.884 véhicules sur un mois et de 2,5% à 1,06 million entre janvier et août. Les ventes de Peugeot ont reculé de 6% à 126.761 unités sur un mois et progressé de 1,5% à 1,48 million sur les huit premiers mois de l'année.Jérôme LibeskindCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :