Ahold revoit à la baisse son objectif de bénéfice

La crise argentine fait encore parler d'elle. C'est en effet l'Amérique latine qui est responsable de l'avertissement que vient de lancer Ahold. Le distributeur néerlandais n'attend plus qu'une hausse de 5 à 8% de son résultat par action en 2002 alors qu'en juin il avait annoncé viser une croissance bénéficiaire de 8 à 10%, et ce malgré les craintes qui pesaient sur l'Argentine (voir ci-contre).Si le groupe a été contraint de réviser ses objectifs, c'est parce qu'il devra se substituer à son partenaire argentin Velox. Une affaire qui a avait déjà été évoquée en début de mois (voir ci-contre). Ahold est en effet détenteur de 85% d'un joint-venture dont le solde appartient à Velox Distribution Holding et qui a pour but le contrôle de la chaîne de distribution Disco. Or, Velox ayant fait défaut sur le paiement de sa dette, Ahold va être contraint de se substituer à lui.Concrètement, Ahold va racheter la part de Velox et reprendre à son compte les plus de 490 millions de dollars de dette de l'Argentin. Un contretemps qui va le conduire à comptabiliser une charge de 350 à 450 millions d'euros. D'où la révision à la baisse des projections bénéficiaires: Ahold précise notamment que le bénéfice par action du deuxième trimestre pourrait ne pas progresser par rapport aux trois mois précédents.La facture du distributeur néerlandais en Argentine s'alourdit ainsi un peu plus. Car en 2001, il avait déjà passé une provision de près de 215 millions d'euros.Pourtant, la Bourse réagit positivement, l'action s'envolant de 10,61% à 16,79 euros en fin de journée. A celà quatre raisons. D'une part, le titre, qui a perdu 50% en trois mois, était récemment à ses plus-bas. Par ailleurs, après le discours de début de mois et l'évocation de la dette de Velox, les investisseurs avaient certainement anticipé une charge plus lourde. Egalement, bien qu'ayant revu ses prévisions de bénéfice net, le groupe a maintenu à 15% ses prévisions de croissance du bénéfice opérationnel. Enfin, l'action profite de la recommandation de Merrill Lynch, passé de "neutre" à "achat à moyen terme".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.